Concernant le second tour de l’élection présidentielle qui opposera M. Macron et Mme Le Pen, Unser Land précise sa position.

En premier lieu, nous rappelons notre attachement inconditionnel à la reconnaissance du peuple alsacien, à l’octroi d’un statut d’autonomie pour l’Alsace, à une officialisation de la langue régionale ainsi qu’à la construction européenne. Ces revendications forment le cœur de notre engagement. Nous constatons qu’en dehors de toute autre considération,  le Front National et sa candidate sont totalement opposés à ces revendications.

Nous rappelons la campagne FN pour le non au référendum alsacien de 2013 sur le Conseil Unique, le refus du FN de ratifier la Charte européenne des langues et cultures minoritaires ainsi que leur volonté de supprimer toutes les régions au profit des départements, comme cela est prévu dans leur programme.

Aussi, en tant que parti plaçant avant tout les intérêts du peuple alsacien, il est hors de question d’accorder un quelconque soutien à un parti ultra-jacobin comme le FN.

Pour autant, nous estimons que le vote FN est en grande partie un vote de rejet de la classe politique et qu’il est de la responsabilité des candidats d’écouter et de comprendre la colère des électeurs. Car le « front républicain » ne répond aucunement aux inquiétudes et aux aspirations de ceux qui ont porté leur scrutin sur le Front National, notamment au sujet de la mondialisation.

Nous regrettons que M. Macron n’ait pas pris la peine de répondre à nos questions sur l’avenir de l’Alsace et de prendre ainsi en considération la volonté de l’immense majorité des Alsaciens à disposer de leurs propres institutions. Lorsque l’on prétend rassembler la population, on doit écouter ses aspirations et ne pas se contenter de renvoyer les électeurs à un programme figé établi par une infime minorité de personnes. Dans ces conditions, nous refusons de soutenir M. Macron.

En ce qui concerne la perspective de voir le FN accéder au pouvoir, nous rappelons que les principaux responsables de la montée du FN sont les partis qui se sont succédés au pouvoir. Depuis maintenant plus de 20 ans, les seconds tours opposant le FN à d’autres formations se multiplient à toutes les élections, sans que ces nombreux avertissements n’aient été suivis d’effets. La leçon n’a visiblement pas été retenue et nous ne serons pas de ceux qui resserviront à boire à des alcooliques au nom de la République. 

Il ne nous revient pas d’assumer ou de cautionner les errements de 50 années de politique française. Nous refusons d’être pris en otage et de signer un chèque en blanc au nom d’un « front républicain » qui n’a d’autre projet que de maintenir sous perfusion une 5ème République aux abois. Soit le prochain président s’engage à refonder entièrement les institutions et la vie démocratique de ce pays, soit il prend le risque que cette refondation se fasse dans la douleur à l’issue d’une crise politique majeure.

Quoiqu’il en soit, le futur président sera un roi nu car il sera incapable d’obtenir une majorité à l’assemblée nationale.  Aussi, nous appelons les électeurs à la mobilisation générale pour les élections législatives qui seront le 3ème tour de ces élections présidentielles. Cette fois-ci les électeurs alsaciens auront enfin la possibilité de faire entendre leur voix.

Jean-Georges Trouillet, porte-parole

Share This