logo

Le parti autonomiste Unser Land, créé en 2009 et porté par le rejet de la réforme territoriale par une partie de la population, poursuit son maillage territorial. Il était réuni mardi à Thann pour créer une section Doller-Thur

À l’invitation de Daniel Willmé, vice-président d’Unser Land et responsable de la fédération haut-rhinoise du parti, une vingtaine de personnes, dont d’anciens élus du secteur, ont participé à la première réunion publique organisée par le parti autonomiste à Thann, mardi soir, en vue de la création d’une section locale Unser Land Doller-Thur. Dans l’assistance, certains sont venus par curiosité, d’autres par conviction. De l’avis général, c’est la réforme territoriale, « un diktat antidémocratique imposé par Paris » , qui a cristallisé les inquiétudes et la résistance contre cette réforme. Entre 2014 et 2015, le nombre de membres d’Unser Land a doublé, selon Daniel Willmé, qui assure que la date de cette première réunion d’information n’a pas été choisie en lien avec la proximité du scrutin régional, « mais parce qu’il y a de la demande et la volonté de créer une section locale structurée d’Unser Land. » Pour lui, les élections régionales ne sont pas une fin pour le parti, mais le point de départ d’un « sursaut salutaire pour l’Alsace ».

Au cours de cette première réunion, les échanges entre les participants ont surtout porté sur deux points : le bilinguisme et le droit local (régime local d’assurance maladie, jours fériés, droit des associations…). Le premier est vu comme « un levier économique puissant dans le bassin rhénan qu’il faut développer ». Le second est considéré comme « un patrimoine fondamental ». Le parti Unser Land craint « la suppression programmée et systématique de l’Alsace et donc de ses spécificités ».

Le prochain rendez-vous pour la section Doller-Thur d’Unser Land a été fixé en janvier. Il sera alors question de la mise en œuvre pratique, organisationnelle et fonctionnelle de la section, qui aspire à être « un groupe de travail, de pensées et d’actions ».

Share This