Unser Land salue le départ de la rectrice Mme Le Pellec-Muller, dont l’action à la tête du rectorat de l’académie de Strasbourg a pris la forme d’une tentative de sabordage de la filière bilingue. Notre mouvement a appris la nomination de M. Jacques-Pierre Gougeon, agrégé d’allemand et spécialiste de l’Allemagne contemporaine et des relations franco-allemandes. Unser Land y voit un signe positif qui devra être confirmé par des actes forts en faveur de l’enseignement de l’allemand et notamment du bilinguisme paritaire.

En ce sens, la première des mesures à prendre par le nouveau recteur est la suppression de l’expérimentation mise en place par Mme Le Pellec-Muller ainsi que l’application à la rentrée 2014 des objectifs de la convention quadripartite de 2007. Cette convention aux objectifs pourtant largement insuffisants prévoyait que le nombre d’enfants scolarisés en filière bilingue passe de 7% en 2007 à 14% en 2013. Aujourd’hui, on atteint à peine le chiffre de 11%.

Unser Land rappelle que la langue allemande – sous forme écrite et dialectale – est notre langue depuis plus de 1500 ans. Son enseignement est une nécessité identitaire et économique. Unser Land réaffirme son attachement à une généralisation du bilinguisme de la maternelle à l’université, avec apprentissage du dialecte et du Hochdeutsch dès la maternelle.

Share This