Communiqué de presse

 

21.09.2014

 

L’Ecosse à la croisée des chemins

ecosse

 

Le 18 septembre, le peuple écossais s’est prononcé à plus de 55% pour le maintien de son pays au sein du Royaume-Uni. Unser Land, partenaire du Scottish National Party au sein de l’ALE, avait apporté son soutien à un OUI qui représentait pour l’Ecosse la possibilité de prendre enfin son destin en mains après plus de trois cents ans d’union forcée imposée par le voisin anglais.

 

Néanmoins, pour décevant que soit ce résultat, nous respectons les vœux de la majorité des Ecossais, qui ont pu s’exprimer dans ce qui restera dans l’histoire européenne récente un grand moment de démocratie et à qui nous témoignons encore une fois notre solidarité en tant que peuple aspirant lui aussi au self-government.

 

Ce scrutin appelle pour nous, Alsaciens, plusieurs enseignements:

 

– les Ecossais ont été consultés sur leur avenir: le peuple écossais a pu choisir lui-même la voie qu’il souhaitait suivre, avec un gouvernement britannique qui s’était engagé à respecter le verdict populaire. Au même moment, en France, on dénie aux citoyens le droit de s’exprimer sur le futur de leurs régions. Ce référendum devrait être une belle leçon de démocratie pour le soi-disant pays des droits de l’homme.

 

-Près de 45% des Ecossais étaient déterminés à voir leur pays prendre un nouveau départ et devenir le fer de lance indépendant de la nouvelle Europe des Régions en train de se dessiner: un chiffre qui n’a fait que croître ces derniers mois dans l’opinion publique écossaise, montrant à toute l’Europe que l’indépendance d’une région européenne n’est pas une chimère.

 

– l’Ecosse dispose déjà de pouvoirs élargis et de compétences exclusives dans des domaines tels que la justice et l’éducation. Et le gouvernement britannique a d’ores et déjà annoncé que la dévolution de pouvoirs à l’Ecosse allait se poursuivre. Ainsi, faute d’indépendance, l’Ecosse se retrouvera avec un des degrés d’autonomie les plus larges pour une région européenne, à l’heure ou en Alsace on supplie pour ne pas perdre le droit d’entretenir les lycées ou la voirie…

 

Le référendum écossais du 18 septembre 2014 ne fait, malgré son résultat, que mettre en exergue la contradiction entre une Europe des régions en marche, comme en Ecosse ou en Catalogne, et qui même sans obtenir l’indépendance sont souveraines en bien des domaines, et une France rétrograde, archaïque, arc-boutée sur la défense de prérogatives féodales, alternant discours creux et demandes de rabais à la Commission Européenne pour masquer une réalité qui devient pour l’observateur avisé chaque jour plus éclatante: le concept de l’Etat-Nation centralisé issu de la révolution Française appartient au passé.

 

Unser Land, le Parti Alsacien, se battra chaque jour au côté des Alsaciens pour qu’ils soient acteurs de leur destin et puissent, quels que soient les enjeux, faire entendre leur voix.

 

Contacts :

Share This