/*! loadCSS rel=preload polyfill. [c]2017 Filament Group, Inc. MIT License */ (function(w){"use strict";if(!w.loadCSS){w.loadCSS=function(){}} var rp=loadCSS.relpreload={};rp.support=(function(){var ret;try{ret=w.document.createElement("link").relList.supports("preload")}catch(e){ret=!1} return function(){return ret}})();rp.bindMediaToggle=function(link){var finalMedia=link.media||"all";function enableStylesheet(){link.media=finalMedia} if(link.addEventListener){link.addEventListener("load",enableStylesheet)}else if(link.attachEvent){link.attachEvent("onload",enableStylesheet)} setTimeout(function(){link.rel="stylesheet";link.media="only x"});setTimeout(enableStylesheet,3000)};rp.poly=function(){if(rp.support()){return} var links=w.document.getElementsByTagName("link");for(var i=0;i

DNA 4/07/2016

Le Premier ministre Manuel Valls a de nouveau rejeté lundi les demandes des nationalistes corses de rendre la langue corse coofficielle – avec le français – et de créer un statut favorable de résident sur l’île.

Selon lui, il s’agit de lignes rouges infranchissables.

D’autres mesures annoncées

Dans un discours devant l’Assemblée de Corse, le chef du gouvernement a toutefois annoncé plusieurs mesures en faveur de l’île, dont la création d’une agrégation en langue corse, la mise en place d’une « chambre des territoires » à Bastia dans le cadre de la nouvelle collectivité unique de Corse.

Il a aussi insisté sur sa volonté de prolonger des régimes fiscaux dérogatoires valables en Corse pour lutter contre la hausse des prix de l’immobilier local.

 

Share This