Unser Land avait fait campagne aux élections régionales de décembre 2015 pour obtenir des élus capables de combattre le « Grand-Est » de l’intérieur. Un système électoral inique avait alors privé le parti autonomiste alsacien de représentation au méga-conseil régional, alors même qu’il réalisait le troisième meilleur score en Alsace.

Il aura fallu trois ans à une poignée d’élus LR pour prendre en compte — enfin ! – le malaise alsacien et « répondre à l’attente de la population d’Alsace » en entrant en dissidence. L’éclatement du principal parti alsacien et l’insubordination à l’égard du grandestien président présagent des turbulences intéressantes. Tout ce qui affaiblit Rottner ne peut que servir l’Alsace ! C’est pourquoi Unser Land souhaite un rapide développement à ce nouveau groupe et l’exhorte à l’audace.

En effet, les frondeurs ne peuvent se satisfaire du concept nébuleux de Collectivité Européenne d’Alsace ni se limiter à le consolider à l’intérieur du « Grand-Est ». Les Alsaciens veulent une région de plein droit hors du « Grand-Est », ce que réclame ouvertement à titre individuel André Reichardt. C’est à la réalisation de cet objectif que doit s’atteler le groupe.

À cet égard, Unser Land l’invite à revoir sa terminologie, révélatrice d’une certaine tiédeur. Plutôt que de se référer à la « population d’Alsace », que le nouveau groupe se revendique du « peuple alsacien » — n’en déplaise à un ancien et non regretté premier ministre. Et que par ailleurs il corrige l’ambiguïté de son nom : « Alsace et Territoires ».

La participation au groupe d’une conseillère mosellane imposerait d’adapter le nom et de laisser transparaître l’objectif partagé. S’agit-il d’adjoindre à la défense de l’Alsace la défense de la Moselle, sur la base du droit local et du bilinguisme par exemple ? Ou de promouvoir l’idée d’un rapprochement Alsace et Moselle au sein d’une nouvelle collectivité ? À moins que le groupe vise tout simplement à réunir tous ceux — et ils sont sûrement nombreux dans tous les « territoires » — qui ne supportent plus le tandem infernal Rottner-Debord, dans leur intransigeance et leur mépris à l’égard de l’Alsace.

Le peuple alsacien a besoin de clarté et de perspectives. Unser Land relaie sa demande.

Andrée Munchenbach,
Présidente d’Unser Land

Share This