PHOTO © DALGOPouvez-vous vous présenter ?

Je m’appelle Francine KASMI, 66 ans, je suis retraitée de l’industrie de métallurgie, j’ai deux enfants et deux petits-enfants. J’habite à Mutzig

Avez-vous déjà été élu(e) ?

Oui en milieu professionnel en tant qu’élue des salariés.

Quels sont vos centres d’intérêts ? Etes-vous actifs dans une ou plusieurs associations locales ?

Je suis secrétaire dans l’association de la Société des Amis du Jardin de Mutzig. Je me rends utile auprès de personnes âgées.
Mes centres d’intérêts sont nombreux, entres autres j’aimerais que nous puissions transmettre à nos enfants et petits-enfants les valeurs identitaires et culturelles transmises par nos parents et grands-parents pour lesquelles ils se sont battus.

Pourquoi vous présentez-vous à ces élections ?

Je crois que l’Alsace doit être maître de son destin, elle en a les moyens et le talent.
L’état centralisateur, n’a pas le droit de décider de tout pour les Alsaciens. Comment pourrait-il comprendre les besoins de l’Alsace si loin de chez nous. Il est complètement déconnecté de la réalité, il ne se rend pas compte de la ‘’vraie vie’’. Combien de nos ministres actuels ont exercé une activité professionnelle dans une entreprise ‘’privée’’ ?
C’est une aberration de vouloir créer cette méga région que les Alsaciens ne veulent pas et dans laquelle l’Alsace sera absorbée avec toutes ses richesses, ses acquis, sa culture, ses particularités, sa langue régionale si souvent malmenée et pourtant tellement utile à notre région, voisine de l’Allemagne et de la Suisse.

Pourquoi avoir choisi Unser Land ?

Parce que c’est un parti libre de toute attache politique avec les ‘’grands partis centralisateurs’’ et que ses dirigeants sont des personnes qui veulent vraiment défendre l’Alsace et des Alsaciens, c’est un parti proche des gens dont l’intérêt commun est l’Alsace avec une ouverture vers nos proches voisins

Quel regard jetez-vous sur les hommes politiques alsaciens ?

Certains hommes politiques alsaciens se sont battus pour l’Alsace, mais maintenant ils doivent rentrer dans les rangs et suivre les consignes de leurs partis nationaux, leur carrière en dépend et bien sûr leurs intérêts.

Que signifie l’Alsace pour vous ?

C’est là où je suis née et passée la plus grande partie de ma vie, j’y ai mes souvenirs.
C’est en Alsace que j’ai toujours travaillé, et mes dernières 35 années de travail j’ai eu l’opportunité de travailler dans une grande entreprise familiale alsacienne.
L’Alsace est une belle région avec des paysages atypiques, sa gastronomie n’est plus à démontrer, l’Alsace est connue et appréciée dans le monde entier et les Alsaciens réputés pour être des gens courageux et travailleurs, qui aiment la terre et en ont hérité le bon sens ‘’paysan’’.
Et comme le dit si bien la chanson : « que notre Alsace est belle…… »
Que restera-t-il de l’Alsace une fois qu’elle deviendra l’ALCA !!

A quoi ressemblerait votre Alsace idéale ?

Idéal n’existe pas, mais on peut quand même avoir un idéal et des convictions. Il faut une Alsace où il fait bon vivre, mais pas que, il faut également s’impliquer et se responsabiliser en allant voter ; il y va de l’avenir de notre jeunesse.
Soutenir le tissu associatif si riche en Alsace, les petits commerces et artisans de proximités, recréer du lien social, être plus proche de nos aînés, etc.
Et bien sûr l’Alsace idéale serait une Alsace ou l’on parle à nouveau l’alsacien, qu’il devrait être normal de parler dans les administrations, les commerces et bien sûr dans les écoles, sans qu’on vous regarde comme un extra-terrestre !

Si vous êtes élus, quelle seront vos premières décisions ?

En tant que suppléante, je soutiendrai et apporterai mon aide du mieux que je pourrai pour soutenir les décisions des candidats qui seront élus.

Share This