PHOTO © DALGO

Pouvez-vous vous présenter ?

Je m’appelle Martin MEYER et j’ai 48 ans. Je suis marié. Nous avons 2 filles et habitons à Heiligenstein. Je réside dans le piémont depuis 1998. Je suis originaire de l’Alsace Bossue et j’ai fait mes études à Nancy. Je parle l’alsacien, le français, l’allemand et l’anglais.
Je suis ingénieur dans un bureau d’études à Barr.

Avez-vous déjà été élu(e) ?

Jamais pour un mandat politique. Je suis élu au Conseil d’Administration du Crédit Mutuel de Barr depuis Mars 2014.
Quels sont vos centres d’intérêts ? Etes-vous actifs dans une ou plusieurs associations locales ?
J’aime faire du vtt dans les montagnes du piémont avec mes amis. Je m’intéresse beaucoup aux sujets liés à l’économie, le sport et aussi à la politique. Je soutiens aussi quelques associations à but humanitaire comme l’association Espoir.

Pourquoi vous présentez-vous à ces élections ?

Après officialisation du projet de méga région, j’ai participé à quelques manifestations d’opposition. Mais je me suis vite rendu compte que nous ne récoltions que sarcasmes par ceux qui nous ont mis dans cette situation. J’ai alors clairement compris qu’il est nécessaire de porter notre message au niveau du jeu politique et démocratique.

Pourquoi avoir choisi Unser Land ?

J’ai rejoint UNSER LAND en Janvier 2015. J’ai bien sûr côtoyé cadres et adhérents de ce parti lors des manifestations. Ils m’ont fait une excellente impression et je me suis senti en phase avec leurs idées. Je tenais absolument que les idées régionalistes soient présentent sur le canton d’Obernai. C’est donc avec enthousiasme que j’ai répondu à l’appel d’Unser Land pour présenter des candidats.

Quel regard jetez vous sur les hommes politiques alsaciens ?

Les hommes politiques alsaciens se sont détournés des racines du peuple d’Alsace et sont devenus de simples relais du Jacobinisme parisien. Cette servilité est fort mal récompensée puisque rare sont ceux qui accèdent à des fonctions importantes au niveau national.

Que signifie l’Alsace pour vous ?

Une région ouverte et accueillante avec une identité forte au cœur de l’Europe.

A quoi ressemblerait votre Alsace idéale ?

Une région bénéficiant d’une large autonomie, bilingue et vrai pont entre les nations française et allemande.

Si vous êtes élus, quelle seront vos premières décisions ?

Soutien aux écoles bilingues paritaires. Exigence d’un bilinguisme ouvert à toutes les filières (y compris filières professionnelles) pour sortir du carcan élitiste alors que nos voisins ont des postes d’apprentissage à pourvoir.
Il y a beaucoup à rattraper et à faire dans le domaine.

Quel(s) projet(s) voulez-vous soutenir particulièrement dans votre canton ?

Je souhaite que l’on examine en détail le projet de parking pour poids lourds à Saint Pierre. Ce projet décidé par les autorités ne doit pas se faire sans l’aval de la population.
Pour l’anecdote, j’aimerai faire installer une plaque en mémoire de la première réunion du Bundshuh en 1493 au sommet de l’Ungersberg.

Share This