Unser Land a présenté hier l’amorce de sa liste régionale. Jean-Georges Trouillet sera tête de liste (inter) régionale, Andrée Munchenbach n° 1 dans le Bas-Rhin, Nadia Hoog dans le Haut-Rhin.

nadia-hoog-jean-georges-trouillet-et-andree-munchenbach-photo-dna-christian-lutz-sorg

« Nous ne sommes pas ACALiens, mais Alsaciens » : la formule est d’Andrée Munchenbach, présidente d’ Unser Land. Le parti autonomiste-régionaliste alsacien, opposé à la grande région, a confirmé hier son intention d’être présent aux régionales de décembre.

« C’est sur nous que les électeurs pourront compter pour dire leur refus de cette réforme territoriale aberrante que tous les autres partis ici condamnent en paroles, mais cautionnent par leurs actes », indique l’adjointe au maire de Schiltigheim. « Que les électeurs en fassent le référendum qu’on ne nous a pas accordé ! »

Elle-même sera tête de liste de la section bas-rhinoise, Nadia Hoog pilotant la section haut-rhinoise. Jean-Georges Trouillet, président-fondateur d’ Unser Land , sera tête de liste (inter) régionale.

De « l’argent de poche »

« La disparition de l’Alsace comme région administrative, ce n’est pas anodin », s’exclame-t-il. « On ne nous a pas demandé notre avis, on a balayé d’un revers de main les 100 000 signatures de notre pétition ! » « Nous, nous sommes pour l’Alsace dans ses limites actuelles, mais renforcée dans le sens de plus d’autonomie, à l’image de ce qui se fait dans la plupart des pays d’Europe ».

C’est une « grande injustice » que de faire « disparaître » la région, indique Nadia Hoog, d’autant plus que, « dans le système français, l’État ne donne que de l’argent de poche aux régions pour s’acheter des élus locaux ! »

Unser Land explique avoir des « contacts » avec des partis de même sensibilité en Lorraine, mais le choix d’une alliance n’est pas encore fait.

Share This