logo_carre_CMJN lalsaceUn binôme de candidats du mouvement Unser Land se présente dans le canton de Kingersheim. Le premier est un déçu du PS. La seconde, une autonomiste convaincue.

Le 08/03/2015 05:00 par Édouard Cousin

 

 

Alexis Hottler et Céline Wira, les candidats du mouvement Unser Land aux élections départementales dans le canton de Kingersheim.Photo  L’Alsace/

Alexis Hottler et Céline Wira, les candidats du mouvement Unser Land aux élections départementales dans le canton de Kingersheim.Photo L’Alsace/

Candidats aux élections départementales des 22 et 29 mars dans le canton de Kingersheim, Alexis Hottler et Céline Wira militent sous les couleurs rouge et blanc du mouvement alsacien Unser Land.

« J’ai été membre du Mouvement des jeunes socialistes, dans le Bas-Rhin, pendant trois ans. Mais la position du gouvernement sur la réforme territoriale et sur Fessenheim m’a fait quitter le MJS », explique le jeune candidat qui travaille chez EDF à Fessenheim. « La ligne politique de centre gauche du mouvement Unser Land se rapproche de mes idées. Et puis je me sens alsacien avant tout. »

Céline Wira a un parcours et un profil différent. « J’étais déjà à Unser Land avant que Unser Land existe ! », souligne celle qui était sympathisante de l’UPA (Union du peuple alsacien). L’UPA et Fer’s Elsass ont fusionné en 2009 pour donner naissance à Unser Land. « Je milite pour la défense de notre Alsace, notre belle région. Je ne défends pas l’idée de l’indépendance de l’Alsace, mais de son autonomie. L’autonomie n’est pas un gros mot. Elle est appliquée dans de nombreux pays d’Europe comme l’Allemagne et la Suisse […] L’Alsace est la région de France qui paie le plus d’impôts et qui reçoit le moins. Il faut que nos impôts aillent à nos écoles, à nos hôpitaux. »

La jeune femme qui revendique le fait d’être « une Alsacienne qui porte la coiffe » – les affiches de campagne du binôme en sont d’ailleurs l’illustration – compte bien devenir un acteur de la vie politique locale. « Si l’on veut faire bouger les choses, il faut s’investir. »

Les deux candidats déplorent le fait que les compétences des futurs élus départementaux ne soient actuellement pas clairement définies. « Du coup, il est difficile de présenter des engagements précis pour le canton. Mais notre idée sera d’aider notre territoire avec les moyens qui nous seront alloués. » D’une manière générale, les deux candidats du mouvement Unser Land entendent développer le bilinguisme et les relations transfrontalières. Ils souhaitent également faire porter leurs efforts dans deux domaines : les pistes cyclables et les maisons de retraite.

Share This