/*! loadCSS rel=preload polyfill. [c]2017 Filament Group, Inc. MIT License */ (function(w){"use strict";if(!w.loadCSS){w.loadCSS=function(){}} var rp=loadCSS.relpreload={};rp.support=(function(){var ret;try{ret=w.document.createElement("link").relList.supports("preload")}catch(e){ret=!1} return function(){return ret}})();rp.bindMediaToggle=function(link){var finalMedia=link.media||"all";function enableStylesheet(){link.media=finalMedia} if(link.addEventListener){link.addEventListener("load",enableStylesheet)}else if(link.attachEvent){link.attachEvent("onload",enableStylesheet)} setTimeout(function(){link.rel="stylesheet";link.media="only x"});setTimeout(enableStylesheet,3000)};rp.poly=function(){if(rp.support()){return} var links=w.document.getElementsByTagName("link");for(var i=0;i

Unser Land se réjouit de la nette victoire des nationalistes corses et félicite tous ceux qui ont contribué au succès de la coalition « Pè a Corsica » (Pour la Corse) : ses chefs de file, Gilles Simeoni et Jean-Guy Talamoni, ses militants et ses électeurs. Merci pour ce message d’espoir délivré aux Alsaciens et aux autres peuples de l’Hexagone !

Unser Land tire deux enseignements de ce scrutin :

  • D’une part, les Corses ont rejeté massivement les partis parisiens. Les chiffres sont sans appel : 56,5 % des voix pour la coalition nationaliste, constituée de deux tiers d’autonomistes et d’un tiers d’indépendantistes, et 18,3 % des voix pour la liste régionaliste. Trois électeurs corses sur quatre ont donc dit « non » au jacobinisme.
  • D’autre part, entre l’autonomisme et le régionalisme, c’est le premier qui a répondu le mieux aux aspirations de transfert des pouvoirs au niveau régional, car il incarnait le projet le plus cohérent. Quant aux indépendantistes, ils ont certes contribué à la victoire de « Pè a Corsica », mais en remettant à plus tard la poursuite de leur objectif ultime. Jean-Guy Talamoni a été très clair sur ce sujet : c’est l’autonomie qui était l’enjeu des élections territoriales en Corse, pas l’indépendance. C’est l’autonomie qui a été plébiscitée.

La modernité démocratique, capable de renouveler des systèmes politiques à bout de souffle, a donc trouvé son concept pour ce qui concerne les minorités nationales. L’abstention a certes été forte (47,5 %), comme les médias nationaux l’ont répété à l’envi, mais Gilles Simeoni leur a rappelé qu’elle fut beaucoup plus forte aux élections législatives françaises de juin dernier (51,3 % au premier tour et 57,4 % au second tour). La large et puissante assise populaire des nationalistes corses est indéniable.

Il nous reste à convaincre une majorité de nos compatriotes alsaciens que le concept d’autonomie est tout aussi prometteur pour eux que pour les Corses et à tirer de l’expérience de ces derniers les enseignements suivants : toujours garder espoir, s’unir, ne rien lâcher !

AUTONOMISMUS ISCH D’ ZÜEKUNFT!

Share This