DNAPrésents dans 23 cantons sur 40, les régionalistes ont obtenu 8 % des voix en Alsace dimanche. Ils réalisent de meilleurs scores dans le Haut-Rhin (+ 3,8 points) que dans le Bas-Rhin. Ils connaissent une forte poussée dans les cantons frontaliers de Wissembourg et Saint-Louis. Leur score progresse avec la participation. Unser Land occupe un nouvel espace politique.

 

 

dimanche-des-dizaines-de-candidats-et-militants-d-unser-land-ont-passe-la-soiree-electorale-dans-un-restaurant-de-scherwiller-en-se-rejouissant-des-resultats-en-forte-progression-pour-leur-parti-photo-dna-julien-eynard

Du rot un wiss en plus de l’indigo UMP et du Bleu Marine. Une particularité de plus parmi le particularisme. Jamais un parti autonomiste alsacien n’avait présenté autant de candidats à une élection sous la Ve République. Jamais il n’a eu une telle tribune. Jamais il n’a rassemblé autant de voix.

Les candidats d’Unser Land ont obtenu 8 % des voix en Alsace (47 263 voix) au premier tour des élections départementales du 22 mars, avec 23 candidats sur 40 cantons.

L’expression du vote régionaliste est assez homogène en dehors des villes

Cette présence des autonomistes s’inscrit dans le mouvement d’opposition à la région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine qui passe toujours mal auprès de l’électorat populaire.

Elle s’inscrit dans un mouvement plus global qui voit l’émergence ou la consolidation de partis régionaux ou localistes : La Force du 13, la Ligue du Sud, l’Union démocratique bretonne… En Alsace, Unser Land incarne une alternative au FN dans l’expression du rejet du système, de Paris et de la classe politique alsacienne établie.

Ces départementales ont joué l’effet d’une caisse de résonance régionale aux répercussions diverses.

Les scores réalisés par les unserlandistes dans le Haut-Rhin (16,77 %) sont supérieurs de 3,8 points en moyenne par rapport au Bas-Rhin (13 %). Cet écart s’explique par le caractère plus rural de la Haute Alsace mais aussi par la fronde contre la grande région qui y est plus forte. Elle a notamment été portée par le président sortant du conseil général Charles Buttner qui, ces dernières semaines, n’a ménagé aucun de ses efforts pour booster les régionalistes.

Les candidats Unser Land ont réalisé leurs plus mauvais scores en milieu urbain comme à Strasbourg, Schiltigheim, Illkirch-Graffenstaden et Kingersheim. Ils obtiennent une moyenne de 13,50 % dans les cantons bas-rhinois ; 17 % dans les cantons haut-rhinois.

Unser Land est souvent derrière l’UMP et le FN

Avec ses 18,80 % réalisés par les régionalistes, le piémont d’Obernai rejoint les secteurs viticoles haut-rhinois. Unser Land a réalisé son meilleur résultat à Blienschwiller (38,62 %) où avait été organisée une manifestation contre la grande région en se revendiquant de l’héritage de la révolte paysanne du Bundschuh (XVIe siècle). Le parti a obtenu 33 % à Mittelbergheim. L’expression du vote régionaliste est assez homogène sur le plan géographique, à l’exception des cantons de Saint-Louis (24,40 %) et de Wissembourg (20,10 %), mais aussi de Bischwiller (25,95 %), où les unserlandistes réalisent une forte poussée. Les deux premiers scores s’expliquent par le caractère frontalier des cantons ; le troisième, par le candidat Michel Lorentz, maire de Roeschwoog, qui se présentait en tandem avec l’UDI.

À Saint-Louis, le binôme Hervé et Huguette Ott a cartonné notamment à Liebenswiller (40,32 %) et à Ranspach-le-Bas (40,26 %), commune dont le maire est Catherine Troendlé, sénatrice et présidente de l’UMP 68.

En milieu rural, on observe une corrélation entre participation et résultat d’Unser Land : plus la participation est élevée, plus le score des régionalistes est haut. Cette tendance, qu’on retrouve globalement à l’échelle des cantons, à quelques exceptions près, laisse supposer qu’Unser Land a occupé un espace politique nouveau et que ses électeurs ont choisi de voter pour ses candidats par adhésion plutôt que par protestation.

Il a pris des voix à gauche et aux écologistes

Parti se revendiquant comme centriste, écologiste et européen, ce qui en fait l’ennemi du FN ou du Parti de la France en Alsace, Unser Land s’est souvent placé juste derrière l’UMP et le FN dimanche. Il a pris des voix non négligeables à gauche et aux écologistes, assez peu à la droite classique. Ses électeurs détiennent en partie la clé du second tour.

Difficile toutefois de projeter le vote de citoyens qui refusent d’être placés dans des cases d’un système qui ne leur convient plus. Unser Land ne « donnera aucune consigne de vote car aucun parti parisien (UMP, PS et encore moins le FN) n’est en mesure de porter les intérêts de l’Alsace ». Le parti « enjoint » à ses électeurs de glisser un bulletin Unser Land dans l’urne. Un vote blanc de couleur rot un wiss.

Share This