Ghislaine Rouge-Dit-Gaillard

Ghislaine Rouge-Dit-Gaillard

Ghislaine Rouge-Dit-Gaillard

Candidate dans la 5e circonscription du Haut-Rhin

À 56 ans, mariée et maman de deux garçons, Ghislaine Rouge Dit Gaillard travaille comme directrice de pole dans une association qui œuvre pour le bien-être des personnes porteuses de handicap mental, notamment des enfants. Conseillère municipale de sa commune, elle participe également à la vie associative.

Alsacienne d’adoption, elle est très attachée à cette région qui est la sienne. Elle veut s’engager pour empêcher les politiciens – qui n’ont aucun respect pour les populations locales – de la faire disparaitre.

Si elle est élue députée, son engagement sera total pour défendre les intérêts des Alsaciennes et des Alsaciens. Elle se battra pour une réforme profonde de notre système archaïque car elle croit en des régions fortes et capables de gérer elles-mêmes leur économie.

Présentation de Ghislaine Rouge Dit Gaillard dans les Dernières Nouvelles d’Alsace

Lire l’article sur le site des DNA

 

L’humanisme rhénan

Alsacienne d’adoption depuis 40 ans, Ghislaine Rouge dit Gaillard est candidate dans la 5e circonscription, pour le parti régionaliste Unser Land.

« Depuis que je suis en Alsace , j’ai vu notre région se transformer ; d’une région prospère, j’ai vu la ville de Mulhouse plus rongée encore par le chômage que le reste de la France. Et je ne me retrouve pas dans cette région Grand Est qui éloigne les services publics, coûte plus cher et ne fonctionne pas mieux », explique celle qui était aussi candidate aux dernières régionales, et directrice d’établissements et de services médico-sociaux, en annonçant que le but de sa candidature, c’est de se battre pour sauver l’Alsace.

Un système fédéral

À l’Assemblée, avec les autres députés de la fédération Régions et Peuples Solidaires qui présente plus de 100 candidats dans toute la France, s’ils sont élus, leur but sera de défendre les Régions. « On veut instaurer un système fédéraliste, comme dans tous les autres grands pays d’Europe dont l’économie est bien plus florissante que la nôtre ; et sortir de cette république monarchique pour redonner la parole au peuple par le biais de référendums sur le modèle suisse, en prenant aussi en compte le vote blanc ». Unser Land est aussi favorable à la proportionnelle et à la démocratie directe, et contre le cumul des mandats, pour des élus disponibles.

Un système fédéral, donc, avec « plus d’autonomie pour les régions qui retrouveraient le pouvoir de décider ce qui est bon pour elles ». « Selon un sondage réalisé par le CSA à notre demande, pour ces législatives : 84 % des Alsaciens sont favorables à un retour à la région Alsace, 78 % veulent préserver le droit local et 58 % un statut spécifique et une autonomie accrue de la région », rappelle-t-elle, évoquant le principe de subsidiarité qui existe partout ailleurs en Europe et le prélèvement à la source.

Unser Land souhaite favoriser l’implantation des entreprises en Alsace, mais aussi généraliser l’apprentissage de l’allemand et de l’alsacien à l’école, « car le fait que les Alsaciens ne parlent plus allemand est actuellement ce qui pénalise l’emploi en Alsace », poursuit la candidate qui est aussi conseillère municipale d’opposition à Ungersheim.

D’ailleurs Unser Land prône «une sortie progressive du nucléaire en reclassant les salariés », précise Régis Bashung, le suppléant de Ghislaine Rouge dit Gaillard, 53 ans, salarié d’une entreprise de reprographie : « Notre parti est empreint d’humanisme rhénan. Nous sommes d’ailleurs très européens, mais une Europe des peuples, remaniée. Pour nous, est Alsacien, celui qui vit en Alsace, l’aime et s’y insère. Il n’y a pas de race alsacienne. L’Alsace a toujours été une terre de brassage, de passage, cosmopolite et ouverte ».

Ghislaine Rouge dit Gaillard souligne qu’Unser Land souhaite aussi défendre les spécificités alsaciennes, comme le droit local et sa sécurité sociale, le statut des travailleurs frontaliers, le Concordat : « Des acquis qui ne sont pas figés, peuvent évoluer avec leur temps, mais qui sont actuellement bafoués les uns après les autres ».

Share This