Sabine Hervault

Sabine Hervault

Candidate dans la 1ère circonscription du Bas-Rhin

Sabine Hervault

Sabine a grandi dans une famille moitié allemande, moitié française. Une jeunesse passée entre Strasbourg et Kehl a ancré en elle un attachement viscéral à l’Alsace. Cette mère de famille, infirmière (d’abord en milieu hospitalier, puis libérale depuis huit ans), entend représenter le centre-ville de Strasbourg, les quartiers de la Gare, des Halles, et de Finkwiller, l’Orangerie, Koenigshoffen, la Montagne Verte et l’Elsau. Son enracinement allié à son ouverture, ainsi que son intégrité la désignent pour cette fonction, de même que sa connaissance de Kehl, à l’heure de l’ouverture de la nouvelle ligne de tram Strasbourg-Kehl, signe supplémentaire de l’avenir transfrontalier et européen de la grande métropole rhénane. Une circonscription difficile ? Pas si l’on se réfère à l’histoire : les Strasbourgeois n’ont-ils pas fondé une République d’Alsace-Lorraine en novembre 1918 ? SABINE HERVAULT saura faire retrouver à la capitale de l’Alsace ses audaces révolutionnaires. Car bien que briguant le siège de la circonscription du Hans im Schnokeloch, SABINE HERVAULT sait ce qu’elle veut !

Présentation de Sabine Hervault dans les Dernières Nouvelles d’Alsace

Retrouvez l’article dans les pages des DNA  

Législatives – Circonscription 1

Sabine Hervault, contre la « suppression de l’Alsace »

Comme tous les candidats d’« Unser Land », Sabine Hervault défend avant tout le retour à une région Alsace séparée du Grand Est.

« À l’annonce du redécoupage des régions, mon impression a été celle d’une négation de notre passé, d’une tentative d’uniformisation néfaste des territoires, une véritable suppression de notre région. »

Âgée de 49 ans, cette cuisinière qui a réussi, à la trentaine, une reconversion dans le métier d’infirmière, est attachée à ses racines familiales « dont le territoire va d’Oberschaeffolsheim à Offenbourg ». Ayant grandi avec ses grands-parents, la candidate est dialectophone, « imprégnée aussi de cette histoire particulière de l’Alsace », et dans la volonté de défendre l’identité propre à ce territoire.

La première proposition programmatique d’Unser Land est de retourner à une région Alsace, sous forme de « collectivité territoriale à statut particulier, où on maintiendrait le droit local et le Concordat ».

« Autonomie de gestion »

Comme dans le système fédéral allemand, l’idée serait de garder une autonomie de gestion en région, « qui pourrait profiter du bon sens citoyen ». Cet échange avec la société civile se ferait, dans l’esprit du parti alsacien, à travers des référendums d’initiative populaire.

Au niveau strasbourgeois, la candidate se prononce contre le GCO (grand contournement ouest) « parce qu’il y a d’autres mesures à prendre que de casser et bétonner sans cesse ». Positionner les parkings-relais plus loin du centre-ville pour désengorger les portions d’autoroute en milieu urbain, ou mettre en place une écotaxe – « ce qui aurait pu avoir un sens en Alsace » – auraient été, selon Sabine Hervault, deux pistes intéressantes.

Avec son suppléant Maxence Helfrich, la candidate d’Unser Land défend aussi la gestion régionale de la formation, et la promotion des filières d’apprentissage, « le vecteur pour l’emploi à mettre en avant », estime Maxence.

Âgé de 19 ans, le jeune homme termine son apprentissage de cuisinier au Crocodile. Il a été un des fervents manifestants contre la fusion des régions, « qui n’est pas seulement une aberration culturelle, mais aussi d’un point de vue économique. »

Son engagement réside également dans le concept d’« Europe des régions où nous pourrions nous battre aux côtés de la Catalogne et de l’Écosse, par exemple ».

Share This