Sous la bannière d’André Rossinot (UDI), président de la métropole du Grand Nancy, certains grands élus lorrains — dont Laurent Hénart (UDI), maire de Nancy ; Dominique Gros (PS), maire de Metz ; Jean-Luc Bohl (UDI), maire de Metz Métropole ; Pierre Cuny (DVD), maire de Thionville et Michel Heinrich (LR), maire d’Épinal — multiplient les pressions pour empêcher la renaissance institutionnelle de l’Alsace.

Pourquoi tant d’énergie, toutes appartenances politiques confondues, à vouloir défendre une entité irrationnelle et illégitime, née du coup de crayon aléatoire de François Hollande ?

C’est que la Lorraine, située au cœur de la Région Grand Est, est devenue naturellement l’épicentre d’un territoire grand comme deux fois la Belgique ! Il suffit de jeter un œil sur une carte pour s’apercevoir que, par sa position centrale, Nancy a vocation à devenir la véritable capitale du Grand Est.

La création d’un département Alsace et, pire encore, pour les élus lorrains, la création d’une collectivité Alsace à statut particulier avec sortie de la Région Grand Est ferait perdre, de fait, la position centrale de la Lorraine au cœur du Grand Est.

Le parti autonomiste alsacien Unser Land regrette la posture de ces grands élus lorrains qui, sous prétexte d’un hypothétique intérêt commun, défendent de fait les intérêts exclusifs des grandes villes lorraines au mépris des revendications légitimes du peuple alsacien.

L’Alsace ne se laissera pas piéger plus longtemps : elle n’a pas vocation à servir les ambitions personnelles de petits barons. Unser Land invite ceux-ci à l’anticipation et à imaginer leur destin au sein d’une future Région… Petit Est !

Share This