Comment qualifier les agissements d’un organisme d’état dont la mission est de fournir des statistiques aux français et au reste du monde quand les chiffres qu’il présente réécrivent l’histoire ?

Rendez-vous sur le site de l’Insee et demandez les statistiques des région de 1990 à aujourd’hui. Vous pourrez constater, que pour l’Insee, l’Alsace n’existe plus depuis 1990 !!! Tous les chiffres économiques de l’Alsace ont été noyés dans l’ensemble Grand Est que l’organisme ne nomme cependant pas, préférant parler du nom des trois régions.

Cette façon de procéder permet-elle d’avoir confiance dans les chiffres que propose cet organisme ?

Andrée Munchenbach, présidente d’Unser Land a donc écrit au Président de cet organisme pour déplorer cette manipulation grossière de l’histoire de France et cette insulte faite, une fois de plus, à l’Alsace !

Voici le contenu de cette lettre :


Schiltigheim, le 6 octobre 2017

Objet : Rapport fallacieux.

Monsieur le Directeur,

Le rapport paru le 11-07-2016 consacré aux produits intérieurs bruts régionaux de 1990 à 2013 étudie les effets de la crise sur les différentes régions de France métropolitaine et ultra-marines. Or, les régions métropolitaines prises en comptes correspondent à celles issues de la réforme territoriale votée fin 2015 appliquée en janvier 2016. Ainsi l’Alsace n’apparaît qu’associée à Lorraine et Champagne-Ardenne, c’est-à-dire dans son inclusion à la nouvelle région Grand-Est, formée précisément à partir de la fusion de ces 3 régions. Le problème est que pour la période prise en compte par l’étude, l’Alsace n’a pas de lien particulier avec les deux autres régions. Son bilan économique ne tient qu’à elle-même et mérite une analyse circonscrite à son seul territoire.
On attend de votre institut une rigueur et une honnêteté scientifiques qui semblent défaillantes dans ce dossier. En prenant en compte par anticipation une restructuration des régions, vos services faussent ou du moins rendent imparfaites leurs analyses. Il y a là une manipulation des données qui n’est pas acceptable. On ne peut qu’y voir une intention délibérée de diluer, de noyer voire de dissimuler les informations concernant certaines régions, parmi lesquelles en particulier l’Alsace, avant leur mariage forcé.
Entre 1990 et 2013 l’Alsace existe en tant que région, au même titre que la Corse et la Bretagne. Il n’y a aucune raison qui justifie que ses résultats économiques ne soient pas affichés en tant que tels. Ne pas les individualiser et les faire disparaître dans les résultats additionnés de 3 régions qui à ce moment-là sont indépendantes l’une de l’autre relève relève d’une falsification comptable. Je serais tentée de parler de réécriture de l’histoire, d’une forme de révisionnisme…

La lecture du document ainsi conçu place l’Alsace, associée abusivement car prématurément à Lorraine et Champagne-Ardenne, au plus bas du tableau avec les résultats le plus faibles. Or il est généralement convenu de classer l’Alsace parmi les régions « riches ». Le document de l’Insee préfigure peut-être l’impact négatif pour l’Alsace de son mariage forcé avec ses voisines, économiquement moins dynamiques. Mais ce n’est pas cela qui est attendu d’une étude sur une période bien antérieure à ce mariage.
Le citoyen est en droit d’attendre d’une institution publique comme l’INSEE des informations justes et pertinentes. En l’occurrence je demande un correctif et les chiffres exacts relatifs à l’activité économique de la région Alsace dans son périmètre administratif d’avant 2016. Je demande que l’ensemble de l’étude soit retravaillée de manière à faire apparaître sans confusion possible la situation de l’Alsace et des autres régions dans leur périmètre d’alors. Ainsi l’éclairage apporté nous apportera des informations réellement utiles et pertinentes.
Dans cette attente, recevez, Monsieur le Directeur, l’expression de mes meilleurs sentiments,

Andrée Munchenbach


 

Share This