Unser Land prend acte des propos tenus par le Président de la République à l’occasion de son déplacement à Strasbourg le 31 octobre dernier, et notamment de son positionnement en faveur d’une Collectivité Alsace issue de la fusion des départements et porteuse d’innovations institutionnelles. Ces propos, s’ils doivent être considérés avec prudence, témoignent d’une prise de conscience de la volonté du peuple alsacien et du gâchis qu’a constitué la réforme territoriale de 2015. Ces déclarations permettent d’envisager enfin une sortie de crise pour l’Alsace à condition toutefois :

  1. Que les transferts de compétences évoqués concernent a minima l’éducation, la gestion des transports ferroviaires, la politique économique régionale et la coordination transfrontalière. Dans le domaine de l’éducation, les compétences devront en particulier permettre une généralisation de l’enseignement bilingue et/ou immersif. Ces transferts de compétences devront s’accompagner des moyens financiers correspondants afin que la future collectivité soit effectivement en capacité de mettre en œuvre ces politiques.
  2. Que l’ensemble des associations, fédérations, syndicats et autres organisations puissent garder leur périmètre géographique alsacien et ne soient plus contraints de fusionner à l’échelle du Grand Est.
  3. Que la création de cette collectivité ne soit qu’une première étape avant la sortie du Grand Est, la seule option permettant de répondre à la nécessité de supprimer le millefeuille administratif, comme le souhaite le président de la République lui-même.

Dans cette perspective nous sommes disposés à travailler de concert avec les acteurs politiques régionaux et nationaux pour faire progresser de manière déterminante la question institutionnelle alsacienne.

Jean-Georges Trouillet
Secrétaire général et porte-parole d’Unser Land

Share This