Unser Land soutient le Club Vosgien dans son bras-de-fer avec la Fédération française de la randonnée.

Les Dernières Nouvelles d’Alsace du 5 juin dernier ont appris aux Alsaciens, stupéfaits, que le massif des Vosges sera privé de topo-guide, au motif que le Club Vosgien refuse l’harmonisation du balisage sur le GR5 imposée par la Fédération Française de Randonnée (FFR). La « tolérance » dont a bénéficié le « territoire d’Alsace » ne serait « plus acceptable aujourd’hui », dixit le président de la FFR. A travers notre balisage spécifique c’est notre culture germanique du contact avec la nature à travers la marche à pied qui est visée.

On se demande ce qui a changé pour que brusquement, « aujourd’hui », doive cesser cette extraordinaire « tolérance » dont les Français de l’Intérieur ont jusqu’alors daigné faire preuve à notre endroit. Ça y est ? L’exception alsacienne ne cadre plus avec l’uniformité républicaine ? La rhétorique du président de la FFR, Monsieur Robert Azaïs, paraît tout droit sortie d’un (mauvais) discours des années 1920.

C’est le Club Vosgien, fondé en 1872 par les Allemands sous le nom de Vogesenclub, qui a tracé les chemins, les a balisés et entretenus depuis près de 150 ans et qui compte bien poursuivre le travail accompli. Le discours de la FFR, qu’on peut résumer par l’injonction « entretiens et tais-toi », est tout bonnement insupportable d’arrogance… et de nombrilisme jacobin. En effet, c’est bien le balisage made in France qui fait figure d’exception dans le paysage européen, tandis que celui du Club Vosgien est beaucoup plus proche des standards des pays voisins !

Nous engageons le Club Vosgien à ne plier sous aucune menace et les départements alsaciens – à défaut de région… – à mettre tous les moyens disponibles pour accompagner le Club Vosgien dans ses entreprises éditoriales.

Share This