Unser Land a pris connaissance du courrier du Premier ministre aux parlementaires d’Alsace annonçant une décision pour octobre sur l’avenir de l’Alsace, après une nouvelle consultation. Cette nouvelle consultation aurait cependant un caractère restrictif, ne portant que sur les conditions de mise en oeuvre d’une fusion des deux départements préconisée par le rapport Marx.

En aucun cas l’hypothèse d’un simple département ne peut être considérée comme une réponse aux attentes des Alsaciens. Cette option est celle prônée par M. Rottner et ses appuis socialistes: pas de renaissance de l’Alsace, juste un aménagement départemental dans le cadre du Grand Est. Une option que ne renieraient pas M. Hollande et ses soutiens socialistes fossoyeurs de la région Alsace.

En outre, nous dénonçons les conclusions trompeuses du préfet, lequel présente la collectivité à statut spécifique comme contradictoire avec la vocation rhénane de l’Alsace. C’est précisément la situation transfrontalière, la spécificité rhénane et le caractère germanique- trait d’union avec tous ses voisins, du Luxembourg à la Suisse- qui justifient et nécessitent la création d’un statut particulier pour l’Alsace. Sans avoir le caractère insulaire de la Corse, Lyon et Paris ont bien obtenu un statut particulier, que personne ne conteste. Cela n’est pas moins justifié pour l’Alsace. Dès lors, il n’est pas acceptable que le préfet prenne comme prétexte supplémentaire la pression inadmissible des départements non concernés, de l’actuel président de la méga-région et de celles et de ceux qui sont responsables de la disparition de l’Alsace, à savoir les socialistes, pour mépriser la demande de 83% des habitants en faveur d’un retour à l’Alsace à travers une collectivité territoriale spécifique.

Unser Land rappelle son attachement à une vraie région Alsace dotée de compétences large, pas un département aménagé à la marge et soumis au bon vouloir de la bureaucratie grand-estienne.

Unser Land lance un appel à la mobilisation générale en vue de la concertation finale, afin que la voix du peuple alsacien soit enfin entendue.

Share This