Dans le cadre du projet de réforme territoriale, Unser Land a envoyé la lettre suivante à l’ensemble des maires alsaciens:


Mme, M. le Maire,

Une réforme territoriale est nécessaire, tout le monde en convient. Il faut transférer des pouvoirs réglementaires localement pour décider au plus proche du terrain. Il faut simplifier le millefeuille administratif et électoral pour être plus efficace et mieux visible pour les citoyens. Mais fusionner l’Alsace et la Lorraine est une dangereuse ineptie qu’il faut combattre !

L’Alsace est une réalité géographique, économique, historique et culturelle. La Région a un rôle stratégique pour aménager le territoire (transports routiers, ferroviaires, fluviaux et aériens), développer le tourisme, accueillir les entreprises… Or dans tous ces domaines c’est naturellement la vallée du Rhin qui est le cadre de travail le plus adapté.  L’Alsace ne partage aucun projet industriel, aucune histoire commune, avec la Meuse !

L’Alsace serait-elle trop petite pour rester seule ? Bien au contraire… Le Luxembourg est reconnu sur la scène internationale alors que ce pays compte à peine plus d’habitants que la CUS. En Autriche, la région du Vorarlberg est un leader mondial des énergies renouvelables avec moins de 6% de chômeurs et compte deux fois moins d’habitants que le Haut-Rhin. En Italie, le Sud-Tyrol est un modèle de région bilingue avec un chômage faible, de bonnes infrastructures malgré les Alpes et quatre fois moins d’habitants que l’Alsace. Ce n’est pas la taille des régions qui est importante mais leur cohérence et leur autonomie décisionnelle. Pour notre avenir, il faut renforcer l’Alsace et non la rayer de la carte !

Cette réforme, que l’on tente de nous imposer sans concertation, reflète une fois de plus l’idéologie jacobine qui prévaut à Paris. Il s’agit de nier les identités et d’uniformiser le pays, contre le gré des citoyens. La doctrine « big is beautiful » s’abat pour l’heure sur les Régions mais il est aussi prévu que sur tout le territoire national, aucune intercommunalité n’ait à l’avenir moins de 20 000 habitants. Nombre de communautés de communes alsaciennes vont donc encore devoir fusionner entre elles. Le pouvoir va donc encore s’éloigner du citoyen et des réalités locales pour être confié encore davantage à une administration distante et régie par des règles décidées à Paris.

L’identité alsacienne est une richesse formidable, qui favorise l’échange et l’ouverture aux autres. Notre culture, nos traditions, notre langue, notre droit local ainsi des pans entiers de notre économie forment cette identité qui nous est léguée par nos prédécesseurs et notre histoire. Voulons-nous disparaitre dans un grand ensemble sans cohérence au sein duquel les Alsaciens seront minoritaires, où la coopération avec Bâle ou le pays de Bade ne sera plus une priorité, où le bilinguisme sera encore davantage marginalisé et où de nouveaux transferts de richesse se feront hors de l’Alsace ?

Les régions Bretagne et Corse n’ont pas été remises en question par la réforme. Quant à nous, Alsaciens, nous devrions accepter la suppression de notre institution régionale ?

Pour vous, pour vos administrés et pour nos enfants, Mme, M. le Maire, réagissez !

Aidez-nous par votre soutien en sensibilisant nos grands élus. Mobilisons-nous en signant et en faisant signer la pétition contre la fusion avec la Lorraine sur le site :

www.sauvonslalsace.org

Agissons ensemble pour sauver l’Alsace, ’s Elsass Unser Land !

Share This