/*! loadCSS rel=preload polyfill. [c]2017 Filament Group, Inc. MIT License */ (function(w){"use strict";if(!w.loadCSS){w.loadCSS=function(){}} var rp=loadCSS.relpreload={};rp.support=(function(){var ret;try{ret=w.document.createElement("link").relList.supports("preload")}catch(e){ret=!1} return function(){return ret}})();rp.bindMediaToggle=function(link){var finalMedia=link.media||"all";function enableStylesheet(){link.media=finalMedia} if(link.addEventListener){link.addEventListener("load",enableStylesheet)}else if(link.attachEvent){link.attachEvent("onload",enableStylesheet)} setTimeout(function(){link.rel="stylesheet";link.media="only x"});setTimeout(enableStylesheet,3000)};rp.poly=function(){if(rp.support()){return} var links=w.document.getElementsByTagName("link");for(var i=0;i

Le samedi 7 juin, une cinquantaine de militants d’Unser Land ont occupé l’ensemble des ponts de l’autoroute A35 (soit 8 ouvrages) au niveau de Sélestat/Schlettstadt afin de manifester contre le projet de fusion forcée entre l’Alsace et la Lorraine.

Sur les banderoles déployées on pouvait lire les slogans suivants: « La France veut nous détruire », « Non à la disparition de l’Alsace », « Mir welle bliewe was mir sin », « Paris, nous n’avons pas besoin de toi », « Elsasser sin mir, Elsasser bliewe mir », « Alsaciens, avec ou sans la France », « ‘s Elsass unser Land », « Alsace une et indivisible », « Unser Land, le parti alsacien ».

Les automobilistes ont largement manifesté leur soutien en klaxonnant de façon continue au passage des ponts. Quant à la presse régionale, elle a largement fait écho de cette action.

IMGP0032

IMGP0035

IMGP0041

???????????????????????????????

IMAG0970

Share This