Suite au retrait des candidats régionalistes à l’élection présidentielle, le Breton Christian Troadec et aujourd’hui l’Alsacien Paul Mumbach, Unser Land dénonce le principe et les conditions des 500 parrainages qui verrouillent de plus en plus l’élection présidentielle.

La non-prise en compte du vote blanc, voire du taux d’abstention, conduira, au terme de débats tronqués, à des choix par défaut et des résultats insatisfaisants, auxquels manquera la légitimité d’une suffisante adhésion populaire.

Pervertie, corrompue et téléguidée, la démocratie made in France révèle chaque jour davantage ses dysfonctionnements et ses dérives. La prochaine élection présidentielle changera les visages mais pas ce système archaïque et rétrograde, triste exception dans le paysage des démocraties européennes et occidentales.

Pour autant, ces obstacles institutionnels n’empêcheront pas la déconfiture des partis traditionnels, déjà bien entamée. La présence inédite d’une candidature régionaliste à l’élection présidentielle aurait été un premier signe de renouveau. Mais les élections déterminantes seront celles de juin. En effet, les prochaines élections législatives offriront aux Alsaciens une opportunité unique de rendre à l’Alsace son autonomie et d’envoyer à l’assemblée nationale des députés qui mettront enfin les intérêts alsaciens avant ceux de leur corporation.

Share This