Sur le vif « Oui, j’y serai et sans états d’âme », confirme Paul Mumbach, maire de Dannemarie.

Où ? Au cimetière de la commune, samedi 5 juin, à 17h30, devant la tombe d’Eugène Ricklin, figure de l’autonomisme alsacien des années 1900-1920. Paul Mumbach participera au dépôt de gerbe organisé par « Unser Land », parti autonomiste alsacien. « Unser Land » est membre de la fédération « Régions et peuples solidaires » (RPS) représentée au Parlement européen par le député corse François Alfonsi qui siège avec les Verts.

En France, RPS est une composante d’Europe Ecologie. P. Mumbach sur la tombe d’E. Ricklin « Rien ne me choque dans la pensée de ces militants. Ce sont des passionnés qui veulent éviter que l’extrême droite ne s’empare de la mémoire de cet illustre dannemarien », explique Paul Mumbach qui sera le premier maire à se recueillir officiellement sur la tombe de son prédécesseur, surnommé à l’époque « le lion du Sundgau ».

Né en 1862 à Dannemarie, médecin, Eugène Ricklin devient maire en 1898. Son franc parler lui vaut d’être destitué en 1902 pour « offense à l’empereur ». Il est élu député (centriste) au Reichstag en 1903. En 1911, l’Allemagne accorde le statut d’état fédéral à l’Alsace. Eugène Ricklin devient président du premier parlement (Landtag) d’Alsace. En 1914, il se range aux côtés des pacifistes et fréquente Jean Jaurès. Accusé de francophilie par les autorités de l’Empire, il est expulsé dans le nord de la France.

Après l’Armistice de 1918, il défend l’idée d’une Alsace autonome. Cela lui vaut d’être expulsé à Kehl pour germanophilie. En 1928, il figure parmi les autonomistes accusés de complot contre l’Etat français lors du très controversé procès de Colmar. Emprisonné, il est pourtant triomphalement élu député français. Il meurt sans descendance à Dannemarie le 4 septembre 1935.

J. S.

Share This