Journée européenne des langues

Mesdames et Messieurs, liewi Dàme ùn Herre,

 

Unser Land prône, en Alsace, le bilinguisme français-allemand et l’enseignement immersif de la langue régionale dès la maternelle. Dans le cadre de la journée européenne des langues ( voir pièce jointe), organisée chaque année, le 26 septembre,  par le Conseil de l’Europe,  « on célèbre la riche mosaïque des langues « .

 

Pourtant, malgré les appels répétés de l’Europe à promouvoir la diversité linguistique et à protéger les langues menacées, la France continue à faire la sourde oreille et à ne rien faire pour défendre son patrimoine linguistique. L’attitude mortifère de la France, à l’égard de ses langues, s’illustre notamment à travers les sempiternels freins à ratifier la Charte Européenne des Langues Régionales et Minoritaires ou bien encore à travers la réforme des rythmes scolaires.

 

L’édition 2015 de cette journée des langues arrive donc à point nommé puisque le thème retenu par le Conseil de l’Europe est « honneur aux langues de scolarisation, ces oubliées… ».

 

Profitant de cette journée européenne pour porter la question du bilinguisme dans l’espace public et défendre notre identité alsacienne et rhénane, Unser Land vous invite à un

 

Rassemblement

Samedi 26 septembre 2015

à 15H00

Aux pieds de la Statue de la Liberté à Colmar

 

Nous y formerons une chaîne humaine, avec un bâillon noir sur la bouche pour illustrer les difficultés de plus en plus grandes à pouvoir s’exprimer dans l’espace public dans la langue régionale.

 

La statue de la Liberté du colmarien Gustave Bartholdi, est symbolique, à l’image du combat de notre compatriote alsacien de New-York, Thierry KRANZER et de son livre « Langues régionales au bord du gouffre » qui a pour ambition d’offrir des pistes pour sortir les langues régionales de France de la clandestinité. Avec lui, nous appelons la France à mettre fin au monolinguisme institutionnel, signe d’une intolérance structurelle et d’une mentalité sur la défensive. La France doit prendre conscience des immenses avantages économiques et sociaux de ses langues et des identités qu´elles véhiculent. Officialiser, dans leur aire d’expression, les huit principales langues de France permettra de tourner le dos à une défiance pathologique à l’encontre de la diversité linguistique et de libérer un potentiel unique et inestimable de développement économique et social. Un aveuglement de civilisation fait oublier que les huit principaux « vulgaires patois » de France sont aussi langues officielles ou nationales d’autres pays européens, et que le français n’est au départ qu’une langue régionale parmi d’autres.

 

La vérité des chiffres est cruelle : 97% des élèves concernés par une langue régionale en France n’ont pas accès à une éducation bilingue.

 

In elsassischer Bruederlichkeit,

 

Jean-Georges Trouillet, tête de liste inter-régionale

Andrée Munchenbach,Présidente d’Unser Land et tête de liste pour le Bas-Rhin

Nadia HOOG, tête de liste pour le Haut-Rhin

Share This