logo_rouge_mouvement_cadre

 

A un mois et demi du premier tour des élections régionales, un premier sondage réalisé par l’institut BVA sur les intentions de vote dans la circonscription Alsace, Champagne-Ardenne, Lorraine, vient d’être rendu public.Il place la liste « soutenue par Unser Land » et menée par Jean-Georges Trouillet à 3%, loin de son potentiel électoral.

Notre analyse est la suivante :

1) Un faible échantillon :

Sur un échantillon de seulement 1.189 personnes inscrites sur les listes électorales, la marge d’erreur est conséquente. De son propre aveu, l’institut de sondage, estime que la marge d’erreur se situe à +/- 2,5% ce qui rend le sondage assez peu fiable.

2) Une enquête prématurée :

L’enquête a été réalisée entre le 6 et le 15 octobre alors que les listes ne sont pas encore déposées. Ce n’est qu’à partir du 9 novembre, date de clôture du dépôt des candidatures, que l’on connaîtra vraiment les forces en présence. De plus, le sondage a avait commencé avant même que le rassemblement interrégional à l’initiative d’Unser Land ne soit connu (annonce qui date du 9 octobre). De nombreux sondés ont répondu sans savoir que la liste conduite par Jean-Georges Trouillet ne se limite pas au seul périmètre alsacien.dépasse le seul cadre alsacien. Enfin, la campagne officielle ne commence qu’à partir du 23 novembre. C’est à partir de ce moment-là ci, que toutes les forces de notre rassemblement seront jetées dans la campagne.

3) Une enquête partielle :

A la question : « Si le premier tour des élections régionales avait lieu dimanche prochain et que vous aviez le choix entre les listes suivantes, pour laquelle y aurait-il le plus de chances que vous votiez ? », c’est Unser Land qui est proposé comme nom de liste et non pas « NON A L’ACAL, OUI A NOS REGIONS » avec le Parti Lorrain, 57-le Parti des Mosellans et l’Alliance Ecologiste Indépendante.

4) Une campagne médiatique pas encore lancée:

Les grands rendez-vous médiatiques n’ont pas encore eu lieu. Contrairement aux têtes de liste que sont Richert, Masseret, Bellier et Giacobelli, Jean-Georges Trouillet n’était encore passé ni dans l’émission « La voix est libre » de France 3, ni dans « Les grands débats – régionales 2015 » d’Alsace 20 et ses partenaires de Lorraine et de Champagne-Ardenne.

5) Le meilleur est à venir, à nous de jouer ! :

Il s’agit d’un premier sondage./ Ce sondage est prématuré. [une première. ] Il ne présage en rien du résultat final. Nous ne doutons absolument pas de notre capacité à dépasser les 5% et notre objectif de 10%, au premier tour, reste inchangé. La montagne est haute mais elle n’est pas infranchissable !

Dans l’histoire récente des élections, on a souvent assisté à des retournements de situation. En 2009, par exemple, à l’occasion des élections européennes, tous les sondages plafonnaient les listes menées par Dany-Cohn Bendit à 7% (listes soutenues par la fédération Régions et Peuples Solidaires à laquelle appartient Unser Land et le 57-Le Parti des Mosellans). Ce jusqu’à un mois du scrutin. Ce n’est qu’au cours des derniers jours de campagne, que les intentions de vote ont commencé à décoller. Le résultat final avait été de 16,28%. En un mois, la liste avait su progresser de près de 10 points !

Au vu de l’étude réalisée au début du mois par TNS-SOFFRES, 57% des habitants de l’Alsace, de la Lorraine, de la Champagne et des Ardennes, conscients des conséquences négatives de la réforme des collectivités, sont opposés à la création de la méga-région dite ACAL.  De plus, même le dernier volet du sondage en question montre que 85% des Alsaciens interrogés sont hostiles à la fusion! C’est auprès de ces personnes-ci que se trouve le socle électorale de la liste « NON A L’ACAL, OUI A NOS REGIONS ! ». La marge de progression est donc conséquente. Les opposants à la réforme des collectivités doivent prendre conscience que notre liste est la seule à refuser tout arrangement avec la nouvelle méga-région. Notre objectif est de les informer de notre démarche. Nous nous emploierons également à convaincre les très nombreux indécis qui ne se sentent plus concernés par les élections.

Share This