Fessenheim : jusqu’ici tout va bien…?

Photo Frederik Florin AFP

Photo Frederik Florin AFP

Le risque d’un accident nucléaire, rendant la plaine supérieure du Rhin inhabitable, augmente de mois en mois, en raison du vieillissement des équipements des réacteurs de cette centrale.

De plus en plus de scientifiques sonnent l’alarme. Ainsi Jean-Louis Basdevant, physicien nucléaire, professeur à Polytechnique pendant 35 ans, en 2012 déjà, estimait que la centrale de Fessenheim devait être fermée.

Je n’ai pas d’atomes crochus pour les polytechniciens. Ils sont à l’origine du choix du tout nucléaire, qui conduit la France dans une impasse et qui l’expose au risque de l’accident majeur. Cela n’implique pas de mettre tous les polytechniciens dans le même sac. Jean-Louis Basdevant était pronucléaire lorsqu’il enseignait. Ses élèves le sont, en majorité. A un âge avancé, il a remis ses convictions en question, ce qui mérite d’être relevé et qui prouve sa rigueur scientifique.

[Je suis moi-même diplômé d’une école nationale supérieure d’ingénieurs, d’ailleurs de la même que notre Jean-Georges Trouillet (lui en section Génie Civil). Je ne donne pas cette référence pour me mettre sur un piédestal, mais simplement pour vous expliquer, en toute modestie, que, d’une part, je connais bien la mentalité des polytechniciens (dans leur majorité) pour m’être frotté à eux, au cours de mon activité professionnelle et que, d’autre part, en raison de ma formation en électromécanique, thermique, métallurgie et résistance des matériaux , je suis en mesure de porter un jugement sur le vieillissement des matériaux constitutifs des divers équipements, cuves, échangeurs, turbines et organes spécifiques qui composent une centrale électronucléaire].

Le vieillissement des matériaux des équipements des 2 réacteurs de Fessenheim, réside dans la modification structurale de ces matériaux (aciers alliés en particulier), sous l’action des sollicitations mécaniques répétées, ou alternées, et des sollicitations thermiques (chocs thermiques). Ce vieillissement a pour conséquence un abaissement de la résistance mécanique des matériaux, donc du point de rupture des organes ou appareils, qui en sont constitués. Il en découle que le maintien en service de ces vieux réacteurs, à incidents répétitifs, constitue un risque inacceptable pour l’Alsace et le pays de Bade, car un accident de grande ampleur, un Fukushima rhénan, est possible à tout instant.

La centrale de Fessenheim est la plus vieille de France, celle où l’industrie nucléaire française a fait ses premières expériences, celle où la métallurgie de la cuve des réacteurs n’est pas au point, celle où les dispositifs de sécurité sont moins évolués et moins performants que ceux des centrales plus récentes, celle où le matériel est fatigué en raison de la vétusté et ne garantit plus la fiabilité requise. L’Allemagne a fermé des centrales moins vieilles, afin d’éviter le risque d’un accident nucléaire.

A quoi bon de nous battre pour une Alsace plus autonome,
si celle-ci risque d’être effacée de la carte par un accident nucléaire ?

Mes propos sont-ils trop alarmistes ? Non, le risque est bien réel et il augmente de mois en mois, au fur et à mesure du vieillissement du matériel. Il y a des incidents répétitifs à Fessenheim. Actuellement, l’un des réacteurs a encore dû être mis à l’arrêt en raison de défectuosités sur le générateur de vapeur.

Le 9 avril 2014, nous sommes passés très près du Fukushima alsacien, l’un de réacteurs ayant été hors contrôle à la suite de l’inondation d’une armoire électrique.

Le candidat à l’élection présidentielle Fillon proclame haut et fort, que « le nucléaire est le fleuron de l’industrie française ». A ce sujet, veuillez prendre connaissance de l’article de Corinne Lepage, ci dessous. Corinne Lepage s’est investie pour décortiquer en détails la problématique énergétique et celle de l’impasse de l’option nucléaire de la France. Depuis qu’elle a été ministre, elle sait comment, en France, le lobby nucléaire impose sa loi et comment sont prises les décisions en haut-lieu.

 

Bernard Herrmann

Pour aller plus loin :

L’addiction idéologique des candidats au nucléaire est un risque suicidaire pour l’ensemble des Français

Huffington Post / blogs du 18 novembre 2016 par Corinne LEPAGE

Extrait :

« En définitive, la plupart des candidats de droite, à l’exception de Nathalie Kosciusko-Morizet et d’Alain Juppé qui ont pris la mesure de l’urgence du développement des énergies renouvelables, restent figés dans une posture qui a au moins 20 ans de retard.

En entendant Fillon, Sarkozy et Copé défendre un mix énergétique tout-nucléaire, lors du débat de la primaire de la droite et du centre, je me disais qu’il était bien dommage qu’ils n’aient pas fait un tour à la COP22 à Marrakech pour voir ce qu’il se passe dans le reste du monde, plutôt que de rester le compteur plombé sur les années 70. Mais en entendant François Fillon ce vendredi matin (11/11/2016) chez Jean-Jacques Bourdin affirmer que l’énergie nucléaire était la moins chère du monde et traiter Jean-Jacques Bourdin d’écologiste militant parce qu’il osait dire que le renouvelable était moins cher, je me suis dit que mon bien-aimé pays se dirigeait tout droit vers la catastrophe. »

Lire la suite …

 

Novembre 2012 : Un physicien nucléaire prend parti pour la fermeture immédiate de Fessenheim

Sortir du nucléaire – Article du blog du 27 novembre 2012

Extrait :

« Physicien nucléaire, professeur à Polytechnique pendant 35 ans, Jean-Louis Basdevant a formé toute une génération d’ingénieurs du nucléaire.

Dans l’exposé ci-dessous, il explique pourquoi il faut fermer immédiatement Fessenheim (et les autres centrales nucléaires) et répond également à des questions sur le futur du nucléaire.

Cette conférence a eu lieu dans le cadre d’une semaine d’actions à Strasbourg début mars 2013, peu avant le deuxième anniversaire du début de la catastrophe de Fukushima.

Juste après l’accident de Fukushima, Jean-Louis Basdevant a publié un ouvrage intitulé Maîtriser le nucléaire. Que sait-on et que peut-on faire après Fukushima. Un an après, la réédition de ce livre est désormais sous-titrée Sortir du nucléaire après Fukushima ! Jean-Louis Basdevant témoigne ci-dessous de l’évolution de son point de vue. […]

 Questions auxquelles Jean-Louis Basdevant a répondu :

  1. Pouvez-vous nous expliquer votre démarche et voter cheminement personnel ?
  2. Selon vous, quels sont les problèmes qui concernent les centrales nucléaires françaises ?
  3. Pourquoi estimez-vous que Fessenheim doit être absolument fermée ?
  4. Votre remise en cause du nucléaire est-elle exceptionnelle dans votre milieu ?

Lire la suite…

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Share This