Selon nos informations, le maire d’Ingersheim s’apprêterait à proposer ce mercredi à son conseil municipal de supprimer en grande partie voire en totalité les aides accordées jusqu’à présent à l’association qui gère le périscolaire de l’école ABCM d’Ingersheim.

L’école ABCM d’Ingersheim est une école associative bilingue français/allemand/alsacien. Ouverte en 1991, elle est alors l’un des premiers établissements bilingues en Alsace, à une époque où l’Éducation nationale ne proposait qu’un cursus monolingue.

L’école ABCM d’Ingersheim s’est développée grâce à l’engagement des enseignants et des bénévoles, mais également avec le soutien exemplaire et précurseur accordé par la mairie d’Ingersheim pendant 23 ans. Suite au changement d’équipe municipale en 2014, l’école se trouve aujourd’hui gravement menacée par des décisions hostiles de la mairie, notamment :

  • Refus, en décembre 2015, d’accorder un bail à l’école étendant son périmètre actuel aux anciens ateliers municipaux, alors qu’un projet d’aménagement était travaillé depuis plusieurs années.
  • Proposition par la mairie en 2016 d’un bail commercial (!) assorti d’un loyer de 27 000 € et de charges d’entretien pour majorité assumées par le périscolaire.
  • Refus de fournir des pièces administratives en 2017, demandées par la DDCSPP.
  • Annonce de la probable suppression de la subvention communale annuelle de 35 000 EUR.

Ces décisions surviennent alors même que l’école est plébiscitée pour ses résultats et sa pédagogie.

Le maire d’Ingersheim semble vouloir appliquer « la préférence communale » en reprochant à l’école d’accueillir des enfants venus également des communes voisines. Cet argument n’est pas recevable sachant que la commune d’Ingersheim finance par ailleurs de nombreuses autres associations sportives ou autres accueillant des enfants venant d’Ingersheim et d’ailleurs.

L’avenir des enfants scolarisés à Ingersheim et plus généralement des élèves scolarisés en école bilingue ne saurait être l’otage de calculs politiciens, d’une logique comptable à courte vue ou de règlements de compte personnels.

Unser Land appelle le conseil municipal d’Ingersheim à la raison et demande que l’école ABCM ne soit pas traitée de façon discriminante. Il serait incompréhensible que la langue et la culture alsaciennes, qui ont suffisamment souffert, fassent encore l’objet en 2017 d’une politique répressive.

Unser Land assure les parents d’élèves de son soutien total et sera présent le cas échéant sur le terrain pour faire valoir l’intérêt des enfants et du peuple alsacien.

Share This