L’assemblée générale du parti autonomiste alsacien Unser Land pour l’année 2017 s’est tenue samedi dernier 17 mars 2018 à l’Hôtel Bristol à Mulhouse, en présence d’une centaine de membres.

Elle fut précédée, le samedi matin, d’une conférence de Michel Krempper sur l’histoire de Mulhouse, qui fut l’occasion de démonter deux grands « mythes » : celui d’un « Mulhouse suisse » et celui de la « Réunion » de 1798.

En fin de matinée, la section Unser Land – Milhüsa a dirigé une action en ville : cortège avec drapeaux rot un wiss jusqu’à la place de la Réunion, discours du porte-parole Jean-Georges Trouillet devant l’Hôtel de ville historique, apposition d’une plaque (très) temporaire rebaptisant « place de l’Annexion » la place de la Réunion, distribution de tracts historiques et de cartes invitant à signer l’initiative européenne Minority SafePack en faveur des minorités linguistiques en Europe. Un repas en commun a clos la matinée.

L’assemblée générale, présidée par Andrée Munchenbach et Jean-Georges Trouillet a débuté par une minute de silence en l’hommage de François Marx, militant sundgauvien de la première heure, qui nous a quittés récemment. Le rapport moral a été l’occasion de revenir sur les dernières élections législatives, qui furent historiques et encourageantes à plus d’un titre pour le parti. La performance de Gérard Simler, qualifié pour le second tour dans la 5e circonscription du Bas-Rhin, où il a obtenu 46% des voix, a été vivement applaudie. Jérôme Goepfert, responsable de la fédération Unter-Elsass et Daniel Willmé, responsable de la fédération Ober-Elsass, ont présenté les actions des différentes sections locales. L’assemblée a approuvé le rapport moral à l’unanimité moins une voix. Le rapport financier, présenté par le trésorier Matthieu Hirn, a montré un bon état de nos finances. Il a été approuvé à l’unanimité.

L’assemblée générale s’est poursuivie par une discussion autour de la question du statut d’autonomie revendiqué par le parti Unser Land.Les nombreuses interventions, de très haute tenue, ont permis de donner une vision claire du chemin à suivre : demander des compétences de l’Etat pour une future collectivité à statut particulier (CSP)et la sortie de la région Grand Est. Des pistes intéressantes (rédaction d’un livre-programme), des sources d’inspiration (rhénanes, sud-tyroliennes) ont été évoquées. Enfin, les perspectives pour 2018 ont été dessinées : le point central sera la promotion du projet d’une collectivité à statut particulier pour l’Alsace. Il a également été convenu, suite à la discussion qui a suivi, qu’un gros effort devait être fourni pour améliorer la visibilité du parti et le faire connaître à tous les Alsaciens.

L’assemblée générale s’est achevée par un verre de l’amitié dans une ambiance chaleureuse nourrie par la satisfaction d’avoir participé à une journée particulièrement réussie et utile au destin de l’Alsace.

Share This