20151006_Flyer_Debat_Mouvant_Web

 

Unser Land et une nouvelle forme de débat politique

 

Jeudi dernier, le hall du Campus  de la Fonderie  à Mulhouse a été le théâtre du premier débat mouvant  «  Spécial élections régionales  2015 « , organisé par l’association des étudiants en ESS, comme économie sociale et solidaire de la Fonderie ( TerrESStre), radio MNE qui retransmet le débat et l’Alterpresse68.

Le thème de ce premier débat, il y en aura deux autres le 19 novembre et le 3 décembre posait la question «  La nouvelle région ACAL peut-elle être cohérente, efficace et démocratique ? «

Ce fut un NON unanime pour  tous les participants, à savoir Unser Land représenté par Jean-Georges Trouillet, Nadia Hoog  et plusieurs dizaines de sympatisants, la liste écologiste menée par Antoine Waechter (MEI) , le Front de gauche de la communiste Annie Parmentier et les représentants d’ Alternative et Autogestion 68.

Faut-il renforcer l’autonomie de la région au risque de perdre l’égalité républicaine ? On assiste aussitôt au premier clivage de la soirée. Si Djamila Sonzogni ( Europe Ecologie)  «  il faut plus d’autonomie pour les régions « et Jean-Georges  Trouillet semblent être sur une même longueur d’onde, Annie Parmentier du front de gauche s’affiche ouvertement anti-fédéraliste. Pour Daniel Loewert (UL), qui rappelle le financement du (des) TGV, l’Etat français ne garantit pas l’égalité, rejoint en cela par Pèire Costa (UL) qui estime que «  le principe de différence n’est pas pris en compte en France ». Pour Jean-Georges Trouillet, l’exemple de l’éco-taxe «  Alsace vs Bretagne « est révélateur  de cet état de fait.

Quel est le meilleur moyen pour renforcer la démocratie de la région ? La cinquantaine de participants au débat est invitée à se regrouper autour de quatre idées phares. Des référendums réguliers organisés par le Conseil Régional, un système de votation prenant exemple sur la Suisse, la mise en place de conseils consultatifs  ou le renforcement  du contrôle de la région dans les grandes entreprises .

Le front de gauche plaide pour un droit de véto donné aux élus contre les grandes entreprises.

Antoine Waechter , favorable à l’introduction d’une dose  de proportionnelle, stigmatise l’absence de légitimité  de cette démocratie bonapartiste . La décentralisation reste un objectif.

Il faut investir dans le bilinguisme, la nature, le transport.

Annie Parmentier (  front de gauche ) exige un référendum sur les contours de la future région. Pour la représentante du Parti Communiste Français  la question d’argent est primordiale . Elle revendique un tarif social pour les transports. «  On prendra le meilleur de ce qu’on fait déjà et on ira plus loin « .

Pour Jean-Georges Trouillet, un constat s’impose : «  Personne ce soir ne veut de l’ACAL, … ni les Alsaciens, ni les Lorrains, ni les  habitants de Champagne-Ardenne ». Pour le leader d’ Unser Land , le pays est en crise et donc à reconstruire. Par référendum, le Mouvement Alsacien  remettra immédiatement en question la méga-région. Il rappelle que son parti est le seul requérant auprès du Conseil d’Etat, et jamais la moindre bannière d’EELV n’a flotté dans les nombreuses manifestations organisées depuis juin 2014.

Invités, comme toutes les formations politiques présentant des listes le 6 décembre prochain, Les Républicains, le Parti Socialiste et le Front National n’ont même pas daigné répondre . Le repli sur soi serait-il un privilège jacobin ?

Haut-Rhinois qui mal y pense !

 

Michel Haering

 

IMG_20151015_192749 (2)

 

Le  « débat mouvant », qu’es aquò, wàs ésch dàss ?

 

Le  débat mouvant  , aussi appelé jeu de positionnement  , est une forme de débat  contradictoire et dynamique qui favorise la participation. Sur une question précise, les participants sont invités à se positionner physiquement dans la salle. Personne n’a le droit de rester au milieu, donc de rester sans avis. Personne n’est obligé de parler, mais tout le monde doit choisir son camp. Un ping-pong oral en sorte ! Mais aussi physique, on peut à tout moment changer de camp si on est convaincu par les arguments échangés

Une fois que tout le monde a choisi son camp, l’animateur, jeudi dernier ce fut Sébastien Heitz un professionnel expérimenté des débats mouvants, demande qui veut prendre la parole. Quand un camp a développé un argumentaire, c’est au tour de l’autre camp de s’exprimer.

Un arbitre de touche, Christian RUBECHI d’Alterpresse68 qui a préparé les débats, signale les irrégularités du jeu : monopolisation de la parole, redite d’un argument, mensonge…

 

Prochains rendez-vous :

Jeudi  19 novembre à 18h :  Quelles nouvelles formes de développement  économique pour la région (Economie Sociale, et Solidaire, économie circulaire, monnaies locales) ?                                                                                                                                                                                                                   Jeudi 3 décembre à 18h : Cultures et langues régionales, bilinguisme et enseignement.

Durée : environ 80 mn.

 

MH

 

 

Share This