La campagne de la présidentielle qui s’achève démontre à la face du monde le délitement du système politique français. À quelques jours du scrutin, les électeurs se disent majoritairement indécis et ne manifestent aucun enthousiasme pour désigner celui ou celle qui décidera du sort du pays pendant 5 ans. Il y a urgence à libérer le pays de cette république monarchique d’un autre âge qui concentre tous les pouvoirs dans des palais parisiens.

Il est temps de mettre en place une démocratie directe et de proximité, respectueuse des peuples et des régions historiques. Malheureusement aucun des candidats en lice ne s’engage à mettre enfin la France à l’heure européenne en se référant à la Charte européenne de l’autonomie locale ou à celle des langues régionales et minoritaires.

Aucun n’a pris l’engagement clair et net de sortir l’Alsace du Grand Est ni de lui accorder un statut spécifique, comme celui accordé à la Corse.

Partant de ces constats, nous estimons :

  1. Qu’aucun des candidats à la présidence la République française ne mérite le suffrage des Alsaciens.
  2. Que seules les élections législatives permettront de rendre à l’Alsace son autonomie ! À ces élections, nous présenterons des candidats dans toutes les circonscriptions alsaciennes ainsi que dans près de 200 circonscriptions par le biais de notre fédération Régions et Peuples Solidaires.

Aussi, nous laissons les Alsaciens voter en leur âme et conscience à ce premier tour, voire à mettre un bulletin « Unser Land »

Share This