/*! loadCSS rel=preload polyfill. [c]2017 Filament Group, Inc. MIT License */ (function(w){"use strict";if(!w.loadCSS){w.loadCSS=function(){}} var rp=loadCSS.relpreload={};rp.support=(function(){var ret;try{ret=w.document.createElement("link").relList.supports("preload")}catch(e){ret=!1} return function(){return ret}})();rp.bindMediaToggle=function(link){var finalMedia=link.media||"all";function enableStylesheet(){link.media=finalMedia} if(link.addEventListener){link.addEventListener("load",enableStylesheet)}else if(link.attachEvent){link.attachEvent("onload",enableStylesheet)} setTimeout(function(){link.rel="stylesheet";link.media="only x"});setTimeout(enableStylesheet,3000)};rp.poly=function(){if(rp.support()){return} var links=w.document.getElementsByTagName("link");for(var i=0;i

300 ans

LE 15 SEPTEMBRE 1935, LA VILLE DE COLMAR A FÊTÉ DANS LA JOIE LE TROISIÈME CENTENAIRE DE SON UNION AVEC LA FRANCE. D’après cette plaque, Colmar fait partie de la France depuis 1635

Par M Gaerwer ©


FAUX !

1.08.1635 : TRAITÉ DE RUEIL

Par ce traité, Colmar se place sous la protection française sans abandonner son statut de Ville d’Empire, ses franchises, ses privilèges, ses droits & coutumes jusqu’à la fin de la guerre.

Louis XIII promet que la Ville retrouvera tous ses droits et privilèges, ainsi que le libre exercice des deux cultes à la signature du traité de paix.
« Ladite ville sera remise en l’état auquel elle était auparavant les commencements des troubles d’Allemagne et de Bohême en l’an 1618 »


16.10.1648 : TRAITÉ DE MÜNSTER

Article 87 : le roi doit respecter l’immédiateté des Villes de  la Décapole vis à vis de l’Empire. Les Villes ont le droit de députer aux Diètes impériales & rhénanes et ne dépendent que de l’Empereur et de la Diète.


1666 : LA VILLE DE COLMAR FRAPPE MONNAIE

Un thaler montrant une vue de la Ville, sa masse d’arme et l’Aigle impérial, signe de son appartenance à l’Empire.

Thaler de Colmar 1666


1673 : INVASION & DÉMANTÈLEMENT DE COLMAR PAR LES TROUPES FRANÇAISES DE COULANGES

A la suite d’un coup de main militaire, les portes, remparts et tours de la Ville sont démolis par des paysans acheminés du Sundgau. La Ville est ouverte à la soldatesque et aux maraudeurs. Les bourgeois sont désarmés. Le magistrat est accusé de trahison. Colmar est inondé de troupes, écrasé par les réquisitions et la famine.

Share This