Gerbe rot un wissUnser Land rend hommage aux soldats alsaciens-lorrains et salue la présence du drapeau alsacien sur la flèche de la cathédrale de Strasbourg.

Pour la quatrième année consécutive, Unser Land a organisé des cérémonies de dépôt de gerbe aux couleurs de l’Alsace devant le monument aux morts de plusieurs communes, dont Strasbourg. L’objectif est de rendre également hommage aux soldats alsaciens-lorrains, qui, un siècle après, sont toujours interdits de mémoire.

En effet, un siècle après l’Armistice, la France réserve toujours ses honneurs exclusifs aux Poilus « morts pour la France », comme l’a rappelé la ministre des anciens combattants aux élus alsaciens qui ont demandé la semaine dernière une attention spécifique au cas de l’Alsace-Moselle. Aussi, ce matin encore, certains encore ont chanté les sillons abreuvés de « sang impur » en face des monuments où sont inscrits les noms des 50 000 morts alsaciens-lorrains, dont une grande partie sont tombés sous les balles françaises. Un siècle après, il serait temps que ces cérémonies se fassent enfin dans le respect et la vérité. Tant que cela ne sera pas le cas, les grands discours sur l’Europe resteront au stade de l’exercice de style.

Dans ce contexte, nous saluons le courage du militant qui a hissé ce matin le drapeau alsacien au sommet de la cathédrale de Strasbourg. Cet hommage magnifique aux combattants alsaciens de la Grande Guerre rappelle que le peuple alsacien est attaché à la vérité, n’en déplaise aux falsificateurs de l’histoire. Ce geste souligne que, si nos ancêtres ont changé de nationalité à plusieurs reprises, ils ont d’abord et toujours été Alsaciens. Le drapeau Rot un Wiss n’est pas entaché de sang comme d’autres, il a rassemblé autour de lui les Alsaciens francophiles et germanophiles, aussi il devrait être le seul à avoir droit de cité en ce jour.

La banderole « 1918 Indépendance » accrochée à l’ancien Landtag Elsass-Lothringen (actuel TNS) n’est pas une initiative d’Unser Land, contrairement à ce qui a été indiqué sur le site des DNA.

Share This