Cet après-midi, une délégation d’Unser Land composée d’Andrée Munchenbach, présidente, et de Jean-Georges Trouillet, secrétaire général, a été reçue par Jean-Luc Marx, Préfet du Grand Est, dans le cadre de ses consultations sur l’avenir institutionnel de l’Alsace.

Jean-Georges Trouillet a remis un rapport au Préfet de deux cents pages, contenant notamment :

  • Les propositions pour la création d’une Collectivité Alsacienne à statut particulier, par fusion des départements et sortie du Grand Est. Les compétences à transférer en priorité par l’Etat à cette collectivité seraient : l’enseignement et la culture, la gestion du Droit local, l’aménagement du territoire, les transports routiers et ferroviaires ainsi que la coopération transfrontalière.
  • Un rappel de la mobilisation des citoyens et élus alsaciens depuis 2015, ce rappel faisant écho à la lettre de mission du Premier ministre estimant cette mobilisation comme étant « limitée (sic) mais réelle »
  • Un rappel des démarches effectuées ces 35 ans dernières années en vue de la création d’une collectivité alsacienne unique.
  • Le contenu des sondages de l’opinion publique alsacienne effectués en avril 2017 et en février 2018.

L’entretien, qui a duré 1h30, a donné lieu à une discussion franche et ouverte sur la situation alsacienne, dans laquelle les représentants d’Unser Land ont pu rappeler les conséquences néfastes de la politique jacobine de la France en Alsace. M. le Préfet a manifesté un réel intérêt pour le rapport fourni et les propositions formulées par Unser Land. M. le Préfet a indiqué en outre que la prochaine révision constitutionnelle donnera la direction que l’exécutif compte suivre concernant l’évolution institutionnelle des territoires métropolitains.

La délégation d’Unser Land a indiqué au préfet qu’un statu quo, une fusion sèche des départements ou encore une entente interdépartementales n’apporteraient aucune solution crédible aux enjeux alsaciens et ne serait aucunement acceptés par les Alsaciens. Seule la création d’une collectivité alsacienne à statut particulier suivant le modèle corse et adaptée au contexte alsacien sera en mesure de permettre une sortie de crise et de donner à l’Alsace les atouts pour son développement économique et social, pour en refaire une région modèle et prospère, jouant pleinement sa vocation de région rhénane et européenne.

Share This