Réaction à la décision du Tribunal Administratif concernant le GCO

 

Unser Land prend acte de la décision du Tribunal Administratif de Strasbourg qui rejette les recours engagés par Alsace Nature et la commune de Vendenheim contre le contrat de concession du GCO à l’une des filiales de Vinci.

 

Un nouveau frein est levé pour permettre à l’hégémonique multinationale, couverte par nos collectivités locales, de réaliser de nouveaux profits au prix du saccage de plus de 300 hectares de terres agricoles et d’une amplification des pollutions atmosphériques dans une plaine d’Alsace déjà bien impactée.

 

Unser Land condamne le mépris par lequel les décideurs politiques traitent la société civile, l’importante mobilisation populaire et les différentes expertises démontrant l’inanité et les conséquences désastreuses de cette autoroute à péage.

 

Lorsque les représentants élus se rangent du côté des intérêts privés et empêchent le débat public sur des questions fondamentales, les principes mêmes de la démocratie sont bafoués. Il est temps de libérer l’Alsace de cette dérive oligarchique calamiteuse et d’évoluer vers des pratiques réellement démocratiques. Le projet d’Unser Land s’inspire de la démocratie directe à l’œuvre en Suisse, où le peuple, à travers la votation d’initiative populaire, arrive à se faire entendre et respecter en dehors des campagnes électorales.

 

Face à la compromission et la vision court-termiste des pouvoirs publics, la nécessité d’un véritable contre-pouvoir et d’un arbitrage populaire se fait sentir, pour éviter que ne se réalise la sentence du chef indien Sitting Bull, d’une acuité dramatique : « Quand ils auront coupé le dernier arbre, pollué le dernier ruisseau, pêché le dernier poisson, alors ils s’apercevront que l’argent ne se mange pas. »

 

Andrée Munchenbach

Présidente

Share This