Les révélations de l’universitaire Jean-Philippe Atzenhoffer, confirment au grand jour l’explosion des frais de déplacement du Grand Est. Unser Land demande que le gouvernement mette fin à cette gabegie, par le retour à une région Alsace dotée de vrais pouvoirs. Ce gaspillage est d’autant plus inadmissible en ces temps de restrictions budgétaires dans les services publics. Il faut d’urgence revenir à la raison et mettre un terme à cette expérimentation insensée qui coûte des millions aux contribuables, alsaciens, lorrains et champardennais. Il faut revenir à des régions à taille humaine.

Ces chiffres cachent en outre une réalité bien plus inquiétante. Ils ne renvoient qu’à la partie émergée de l’iceberg. En effet, les dépenses évoquées ne concernent que l’administration régionale stricto sensu. Il faut ajouter à ce gouffre financier, les coûts nouveaux pour les administrations des services déconcentrés de l’État (Services préfectoraux, Rectorat, Agence régionale de Santé, finances publiques…), mais également pour les associations qui assurent la dynamique économique et sociale : chambres consulaires, fédérations culturelles, sportives ou professionnelles auxquelles la fusion a été imposée par l’État.

Unser Land dénonce également les dépenses extravagantes pour affubler les trains, les bus ou les lycées du logo Grand Est. Tout est bon pour tenter de supprimer les identités régionales et créer une fausse identité grandestienne !

Dernier exemple en date : le 4 juillet dernier, le Grand Est a attribué 800 000 euros « pour l’achat d’espaces publicitaires et de prestations diverses de communication et de promotion dans le cadre de la manifestation MONDIAL AIR BALLONS 2019 à Chambley (Lorraine) » (voir attribution de marché public ci-joint). Cette somme a en outre été attribuée de manière opaque, en procédure négociée, c’est-à-dire sans mise en concurrence !

Il est inadmissible qu’une administration dépense de telles sommes d’argent public pour des opérations de pure propagande, sans aucun bénéfice pour nos concitoyens. À titre comparatif, cette somme de 800 000 € pour des publicités sur des montgolfières est du même ordre de grandeur que le budget annuel de l’Office pour la Langue et les Cultures d’Alsace et de Moselle (OLCA) ou que la subvention annuelle versée pour le développement du bilinguisme, au titre de la convention avec l’État. Décidément M. Rottner est prêt à tout pour assurer sa propre promotion, à travers une région à l’échelle de sa démesure.

Wer soll das bezahlen…?

Share This