/*! loadCSS rel=preload polyfill. [c]2017 Filament Group, Inc. MIT License */ (function(w){"use strict";if(!w.loadCSS){w.loadCSS=function(){}} var rp=loadCSS.relpreload={};rp.support=(function(){var ret;try{ret=w.document.createElement("link").relList.supports("preload")}catch(e){ret=!1} return function(){return ret}})();rp.bindMediaToggle=function(link){var finalMedia=link.media||"all";function enableStylesheet(){link.media=finalMedia} if(link.addEventListener){link.addEventListener("load",enableStylesheet)}else if(link.attachEvent){link.attachEvent("onload",enableStylesheet)} setTimeout(function(){link.rel="stylesheet";link.media="only x"});setTimeout(enableStylesheet,3000)};rp.poly=function(){if(rp.support()){return} var links=w.document.getElementsByTagName("link");for(var i=0;i

Rue89 22/06/2016 –

Le Parlement européen réclame 320 000€ à Jean-Marie Le Pen

Le Parlement européen réclame 320 000 euros à Jean-Marie Le Pen, selon une information de Challenges. L’institution qui a son siège à Strasbourg soupçonne l’eurodéputé du Front National d’avoir employé aux frais de l’Union européenne un assistant parlementaire dont il ne peut fournir « la preuve du travail ». Le Parlement européen a réduit de moitié ses indemnités d’eurodéputé, 3 100€ au lieu de 6 200€ et lui a supprimé la totalité de l’enveloppe de ses frais généraux, soit 4 300€ par mois.

Cette sanction est la première décision administrative à la suite d’une enquête sur les emplois fictifs d’assistants parlementaires au FN. Depuis mars 2015, une vingtaine de députés européens frontistes sont soupçonnés d’avoir rémunéré des permanents du FN à Paris aux frais du Parlement européen.

Emploi fictif ou multi-tâches ?

Le secrétaire général du Parlement européen, Klaus Welle a cherché en vain les preuves du travail parlementaire de Jean-François Jalkh, aujourd’hui vice-président du FN et député européen. Il a été employé comme assistant parlementaire de Jean-Marie Le Pen de 2009 à 2014. Par ailleurs, Jean-François Jalkh a participé à un audit des comptes de campagne du FN en 2011 et 2012, alors qu’il était censé être au service de Jean-Marie Le Pen au Parlement européen.

Après avoir saisi l’Office européen de lutte contre la fraude (OLAF) il y a un peu plus d’un an, le Parlement européen réclame désormais à Jean-Marie Le Pen le remboursement des 320 026 euros de salaires perçus par Jean-François Jalkh sur cinq ans.

 

Share This