manifestation-pres-de-kintzheim-photo-ph-w

Des mouvements contre la réforme territoriale, que François Hollande doit confirmer le 18 juin, commencent à émerger dans la région.

Pour dénoncer la fusion annoncée de l’Alsace et de la Lorraine, une quarantaine de militants d’Unser Land ont déployé, hier à midi, des banderoles et drapeaux Rot und Wiss (*) sur des ronds-points ainsi que sur des ponts surplombant l’autoroute A35 dans le secteur de Sélestat. « Nous avons beaucoup de respect pour les Lorrains, mais chacun doit rester chez soi ! », clame Jean-Georges Trouillet, le vice-président du parti régionaliste (200 membres). Selon lui, « la fusion avec la Lorraine causerait la perte d’identité de l’Alsace qui est un fait historique, culturel et économique ».

« L’ego de Philippe Richert »

Avançant que « 80 % des Alsaciens sont attachés à leur région » , Unser Land réclame un référendum sur l’union avec la Lorraine, à l’instar de celui, organisé en avril 2013, sur le conseil unique d’Alsace. « Nous avions soutenu ce projet et pensons toujours que supprimer les conseils généraux permettrait de réaliser des économies » , soutient Jean-Georges Trouillet.

Et de déplorer :  » Malheureusement, le conseil unique ne s’est pas fait à cause de l’ego de Charles Buttner [président du conseil général du Haut-Rhin]. Aujourd’hui, c’est l’ego de Philippe Richert qui risque de faire disparaître l’Alsace. Le président du conseil régional, même s’il n’a aucune légitimité à le faire, a déjà entamé des discussions avec la Lorraine, juste parce qu’il veut marquer l’Histoire…  »

Manifestations le 28 juin

Les membres d’Unser Land pourraient participer le 28 juin à des rassemblements envisagés par un collectif spontané créé sur Facebook. Baptisé « Non à la fusion », le groupe compterait plus de 14 200 membres. Selon son initiateur, Luca Basso, « des manifestations auront lieu à Strasbourg et Colmar ainsi, peut-être, qu’à Mulhouse. Notre but est de rassembler le maximum d’Alsaciens opposés au projet du gouvernement, mais sans tomber dans le piège des partis » , souligne l’étudiant haut-rhinois.

La manifestation strasbourgeoise a néanmoins pour co-organisateurs deux secrétaires départementaux de l’UMP 67 : Geoffroy Lebold et Stéphane Bourhis. « Mais nous agissons de façon individuelle et personnelle » , précisent-ils.

Philippe Wendling

(*) Drapeau historique de l’Alsace.

Share This