« Une culture de la haine »

Julien et Walter Kiwior répondent ici au point de vue de Bernard Reumaux et Georges Bischoff, « Hansi, reviens, ils sont devenus fous ! », publié dans la page Débats samedi dernier. Extraits.

(…) «Hansi, même s’il a été un brillant caricaturiste, n’en demeure pas moins un francophile exacerbé, fanatique, nationaliste, militariste, belliciste et raciste.

Il a été loué par Maurice Barrès, Paul Déroulède, l’Action française. Parler de son art, comme une œuvre “universelle” est une mauvaise plaisanterie, une insulte à Michel-Ange, à Delacroix ou encore à Pablo Picasso.

Quelle objectivité avez-vous en ayant réédité tant d’ouvrages du caricaturiste ?

Hansi n’est pas moderne, sensible ou jeune. Hansi, c’est une esthétique surannée. C’est peut-être votre jeunesse, mais pas celle de notre génération, car Hansi est devenu bien ringard. Son art a été réducteur, destructeur, il a été un polémiste haineux, un propagandiste doué.

“Est-ce vraiment un musée ou une devanture commerciale ?”

À l’heure de la construction européenne, il est devenu un non-sens. Il est un homme de son temps, un temps guerrier qui est révolu.

Il n’est pas non plus original, car à son époque, chaque pays disposait de caricaturistes au trait incisif et vengeur (Francisque Poulbot, Norman Lindsay, Golia Eugenio, Julius Engelhard). Ils ont tous propagé la haine.

Cette époque a été une folie qui a plongé l’Europe entière dans les abîmes. (…)

Vous n’avez absolument pas évoqué tout l’aspect commercial autour de la marque Hansi qui se produit en ce moment. Pourquoi ? Est-ce vraiment un musée ou une devanture commerciale ? Est-ce que les deniers publics doivent servir cette cause ? Vous évitez soigneusement de parler de ces aspects.

La librairie Gangloff de Strasbourg, qui a fermé, est remplacée par une boutique Hansi ! On ne vous entend pas non plus à ce sujet. (…)

“Ses images resteront germanophobes, même si elles paraissent joyeuses”

Vous n’enlèverez jamais son caractère nationaliste, a fortiori raciste. Vous aurez beau tourner, dans tous les sens ses images, elles resteront germanophobes, même si elles paraissent joyeuses, jolies, enfantines et jubilatoires (comme vous l’écrivez). Il faudrait vous rappeler peut-être que la germanophobie constitue un pan du racisme français.

Le débat continue…

Julien et Walter Kiwior, galeristes à Strasbourg, spécialistes de la peinture alsacienne.téléchargement (8)

Share This