Voici ce que l’on peut lire dans les colonnes des DNA

Cette année, L’Alsace et les Dernières Nouvelles d’Alsace organisent conjointement, aujourd’hui mercredi, un débat entre les deux finalistes de ces législatives-2017 sur la 5e circonscription du Bas-Rhin. Antoine Herth, le député sortant, et Gérard Simler, son outsider, seront dans nos locaux pour répondre à nos questions, sur des thèmes choisis par nos rédactions et que les candidats ne connaissent pas à l’avance.
Pour des raisons de sécurité, ce débat n’a pas été voulu public, comme les autres années. Tous les détails du débat seront à lire dans nos colonnes dès demain, jeudi.

Des raisons de sécurité ? Soit. Mais dans ce cas pourquoi ne pas retranscrire l’intégralité du débat, sous une forme quelconque ? Parce que la perception que peuvent avoir les journalistes des échanges entre les deux candidats ne sera pas forcément celle qu’auront les électeurs… ou les candidats.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que Gérard Simler a été plus que surpris en découvrant que le fameux « Tous les détails du débat » se limitent à un résumé de synthèse… dont le titre évocateur « Deux visions pas si éloignées » pourrait laisser à penser que les deux candidats défendent la même chose. Si les journalistes présents ont pu avoir cette impression, sans doute était-ce en raison de la courtoisie et de l’art du dialogue dont Gérard Simler est coutumier. Mais ne nous trompons pas. Si Gérard reste toujours affable, il n’en assène pas moins des vérités que les journalistes présents préfèrent ne pas relever, on se demande pourquoi ?

Gérard Simler à écrit à la rédaction du journal pour demander la mise en ligne de l’enregistrement audio, car lui seul permettrait de démontrer sur un grand nombre de points notre vision des choses diffère radicalement de celle de M. Herth dont on rappelle qu’il reste un fidèle de M. Richert, le fossoyeur de l’Alsace.

  1. Gérard est pour une politique active de sortie du Grand Est, alors que son concurrent a acté et est devenu un supporter du Grand Est.
  2. Contrairement à son concurrent, il condamne fermement la liquidation totale actuelle de l’Alsace effectuée par Philippe Richert ; tout doit disparaître dans le Grand Est : après la réforme administrative, cela touche maintenant le monde du sport, des associations, la réécriture des livres d’histoire pour y supprimer le mot Alsace, les radios libres locales et la semaine dernière c’est la disparition de l’Agence Culturelle d’Alsace dans une Agence Grand-Estienne… et cela va encore continuer, si nous ne mettons pas un frein !
  3. Il pose également une question médicale : comment expliquer un tel acharnement du sieur Richert à détruire tout ce qui fait la vie et la typicité de notre belle Alsace ?
  4. Il défend la méthode du bilinguisme de Thierry Krantzer (FILAL) qui fait sourire son concurrent, quand sa suppléante bloque le bilinguisme dans sa commune.
  5. Il défend une agriculture avec des exploitations à taille humaine, et respectueuse de la nature et contre le gigantisme productiviste qui appauvrit les agriculteurs
  6. Il pose la question de la « Macron incompatibilité » puisque c’est la nouvelle règle de moralisation de la vie politique fixe le maximum à 3 mandats. Son concurrent est un cumulard en temps et en mandats.
  7. Enfin et surtout, Gérard et Unser Land responsabilisent les électeurs : voter pour Antoine Hert, c’est devenir complice et cautionner la disparition de l’Alsace dans le Grand Est, alors que le message politique porté par Gérard et Unser Land est clair : on se bat pour retrouver notre Alsace !

Précisions

De quoi nous plaignons-nous exactement ?

Lors de l’entretien, Gérard Simler a dominé le débat de la tête et des épaules, acculant M. Herth dans les cordes, notamment sur la thématique du Grand Est et de l’enseignement bilingue, ce qui aurait permis au lecteur de bien comprendre les différences fondamentales entre Gérard Simler et Antoine Herth.

Pourtant, le lendemain, la presse locale titrait : Deux visions pas si éloignées (voir l’article) avec une photo dans laquelle on a l’impression que Gérard est passif et M. Herth Antoine très actif. Nous avons donc demandé que l’enregistrement soit mis en ligne. Impossible nous a-t-on répondu en concédant la publication d’une précision…  Cette précision, visible ici a paru dans la même édition que le débat entre M. Striby et M. Reitzer dans la 3e circonscription du Bas-Rhin. De façon étrange, ce qui était impossible pour les uns… devenait très possible pour les autres.

Comment interpréter ce manque d’éthique journalistique dans le compte-rendu du débat et cette différence de traitement dans un même journal?

Share This