M. Rottner donne à comprendre pourquoi la France va mal. Le comportement arriviste de certains élus entraîne des dépenses aussi somptuaires qu’inutiles. Ainsi rien, hormis la folie des grandeurs (« der Grössenwahn »), du président de la méga-région Grand Est ne justifie l’acquisition d’un hôtel particulier dans le quartier le plus huppé et le plus cher de Paris. Le pied-à-terre de M. Rottner – à qui il manquera bientôt la particule – le rapproche certes des ministères qu’il semble convoiter mais coûtera au contribuable 3 millions d’euros cash et quelques centaines de milliers d’euros tous les ans en fonctionnement. Suivra l’embauche d’un directeur, d’un personnel permanent, de chauffeurs… Question de standing ! Pour quels services rendus à la population ?

Le budget de communication et de propagande, les frais de réception, le coût des déplacements font exploser le budget de la Gross Région, sans effet sur le quotidien des gens. Au contraire. Augmentation des cartes grises, des tarifs TER, des licences sportives, etc. Le bon peuple est à la peine, tandis que ses élus mènent grand train et se donnent des airs de marquis.

À tous les niveaux, les élus français feraient bien de s’inspirer du comportement responsable de leurs homologues européens, notamment scandinaves, moins pléthoriques et plus scrupuleux. Ceux-ci savent se contenter de bureaux fonctionnels, n’abusent pas des frais de représentation, se déplacent tout naturellement en transports en commun au contact de leurs administrés.

À l’évidence, la France a besoin d’être réformée. Malheureusement, l’esprit qui souffle entre les lambris dorés de la République n’est pas celui du renoncement aux privilèges, ni de l’ouverture à la modernité et à une véritable démocratie.

Il est urgent de libérer l’Alsace du boulet que représente le Grand Est. Au contraire des partis nationaux, Unser Land, comme les autres partis régionaux auxquels il est fédéré, ne se préoccupe pas de flatter l’ego des élus et d’organiser leur plan de carrière, mais vise, à travers l’octroi d’un statut adapté, la bonne gestion des territoires, au bénéfice des peuples et dans le respect des générations futures.

Share This