DNA 4/07/2016

tradition – Hirsebreifahrt, du 13 au 17 juillet

Revoilà les Zurichois !

La semaine prochaine, comme tous les dix ans, des Zurichois emprunteront le Rhin et ses affluents pour rejoindre Strasbourg. Une ambassade alsacienne sera pour la première fois présente au moment du départ.

ZÜRICH

Il y a dix ans , comme des milliers d’autres personnes, Jean Klinkert a simplement profité du spectacle. « J’avais été estomaqué par l’aspect original de cette initiative », sourit le responsable de l’agence de développement touristique haut-rhinois. Mais pour ce membre de l’association « Au fil du Rhin » (*), qui avait alors le statut d’« observateur bienveillant », l’odyssée de ces Helvètes embarqués sur des bateaux à fond plat pour relier Zürich au site strasbourgeois de l’Ancienne Douane, profitant de la queue de la « crue des cerises », Kirschenrhein, pour accélérer le mouvement, ne relève pas que de la tradition. L’histoire commence à être connue, puisqu’on la répète de décennies en décennies. Selon Heinrich Bullinger, de jeunes Zurichois se lancèrent le défi en 1456: rejoindre par voie fluviale les Strasbourgeois avec une marmite de bouillie de millet chaude, manière plutôt conviviale de rappeler qu’ils pouvaient rapidement prendre place aux côtés de leurs alliés.

Baden, Rheinfelden, les deux Brisach…

Aujourd’hui, ce moment, c’est aussi l’illustration « d’un dialogue pacifié et constructif. Le Rhin dans sa globalité, sa diversité, sa pluralité », se réjouit Jean Klinkert. « Il n’est plus une frontière, mais un lieu de rencontres et de projets culturels. Le Hirsebreifahrt raconte l’histoire du Rhin mais aussi ses métiers d’aujourd’hui. »

Les bateliers helvètes, majoritairement composés de membres du club nautique de la Limmat, quitteront leurs eaux natales en fin de matinée, le 13 juillet, feront étape à Baden, Rheinfelden puis Breisach. Ils arriveront à Strasbourg trois jours plus tard, le 16 juillet, en fin d’après-midi. Le lendemain sera consacré à des joutes sportives. « Et pour la première fois, cette année, une ambassade rhénane et alsacienne sera présente, au moment du départ, à Zürich », reprend joyeusement le responsable de l’agence de développement touristique. « J’ai fait le premier pas en fin d’année dernière. Les Zurichois ont été ravis de notre démarche. Nous incitons vraiment le public à venir voir les arrivées. Nous militons pour que les Alsaciens se réaccaparent leur fleuve, une des plus grandes voies d’eau européennes. »

Et le voyage retour ? « Avec une logistique moderne », rit Jean Klinkert. « À l’époque, les bateliers utilisaient les voies et les chemins de halage. Mais ils ont été transformés en pistes cyclables, dédiés à la mobilité douce. »

Plus de détails sur le site www.hirsebreifahrt.ch (*). «Au fil du Rhin », association transfrontalière qui agit pour la valorisation de la bande rhénane en réunissant notamment un mécénat de compétences

Share This