hier-devant-la-statue-de-la-liberte-a-colmar-photo-l-alsace-jean-francois-frey

Hier devant la statue de la Liberté à Colmar.Photo L’Alsace/Jean-François Frey

À défaut d’avoir bouclé ses listes pour les prochaines élections régionales, Unser Land donnait de la voix hier à Colmar, au pied de la statue de la Liberté. Jean-Georges Trouillet, tête de liste interrégionale ( L’Alsace du 3 septembre) a profité de la Journée européenne des langues pour se présenter en défenseur des langues régionales face à ses concurrents, jugés «a minima hostiles» aux dialectes (pour Jean-Pierre Masseret, tête de liste PS, et Florian Philippot, tête de liste FN) et «au mieux incompétents», pour Philippe Richert, tête de liste pour les Républicains, l’UDI et le MoDem, qui a « tourné le dos à l’Alsace » , accuse Jean-Georges Trouillet. « Il y aura une liste Unser Land aux régionales, en Alsace, Lorraine et Champagne-Ardenne. Et je serai tête de liste » , a répété Jean-Georges Trouillet qui en est encore au stade des « contacts » pour constituer une liste interrégionale. Mais il sera prêt dans moins d’un mois et promet « des surprises ».

En attendant la liste, cette manifestation a mobilisé au-delà des espérances. Est-ce à cause de (ou grâce à) son interdiction par la préfecture, pour cause de déclaration tardive ? 80 personnes, dont des représentants des Alsaciens Réunis et, même Charles Buttner, ancien président de feu le conseil général, qui a fait une fugace apparition, ont convergé vers la statue de la Liberté avec banderoles rouges et blanches et pancartes appelant à voter Unser Land.

Jean-Georges Trouillet a conclu la manifestation d’un « Mer sin a Volk » en forme de message à Manuel Valls : les « Alsaciens sont bien un peuple ». Oui mais un « peuple ouvert » a ajouté Andrée Muchenbach, présidente d’Unser Land, pour se démarquer de la banderole « Migrants Raus » qui a été brandie lors du derby alsacien de foot à Strasbourg (lire en page 40).

Share This