/*! loadCSS rel=preload polyfill. [c]2017 Filament Group, Inc. MIT License */ (function(w){"use strict";if(!w.loadCSS){w.loadCSS=function(){}} var rp=loadCSS.relpreload={};rp.support=(function(){var ret;try{ret=w.document.createElement("link").relList.supports("preload")}catch(e){ret=!1} return function(){return ret}})();rp.bindMediaToggle=function(link){var finalMedia=link.media||"all";function enableStylesheet(){link.media=finalMedia} if(link.addEventListener){link.addEventListener("load",enableStylesheet)}else if(link.attachEvent){link.attachEvent("onload",enableStylesheet)} setTimeout(function(){link.rel="stylesheet";link.media="only x"});setTimeout(enableStylesheet,3000)};rp.poly=function(){if(rp.support()){return} var links=w.document.getElementsByTagName("link");for(var i=0;i

logoTrop, c’est trop. Gérard Cronenberger n’avait pas de mots assez durs, hier, pour dénoncer l’alliance conclue au plan national par le Modem avec les Républicains en vue des élections régionales.

« Sachant que Sarkozy court après le FN, c’est inadminissible, je ne peux pas cautionner ça » , martelait l’ancien maire d’Ingersheim, entouré de banderoles rouges au pied de la statue de la Liberté à Colmar, où il participait à une manifestation d’Unser Land.

« Pourtant j’ai donné ma signature trois fois à François Bayrou aux présidentielles, en tant que maire » , rappelait l’ancien maire d’Ingersheim pour marquer sa tristesse de quitter le navire du Modem, qui fait pourtant figure de frêle esquif de l’échiquier politique à l’heure actuelle.

Tant pis pour François Bayrou, « le seul qui a dit la vérité aux Français aux dernières élections ». C’est décidé, Gérard Cronenberger prendra sa carte à Unser Land, a-t-il annoncé à ses co-manifestants hier.

Une carte qu’il avait sans doute déjà, dans la tête des électeurs, depuis les dernières élections départementales, où il menait à Colmar Ouest la liste Unser Land avec Nadia Hoog. Il n’est jamais trop tard.

Share This