Unser Land partage la déception et la colère des résistants au GCO et s’inquiète des conséquences durablement néfastes pour l’Alsace de la soumission des décideurs politiques à la multinationale Vinci.

Les Alsaciens comprendront tous, mais un peu tard, que le petit tronçon à péage contournant Strasbourg représente à terme une aubaine pour les poids-lourds du transit européen nord-sud et, surtout pour les plus polluants d’entre eux, une alternative rentable à la LKW-Maut allemande. Dès que sera réalisé le maillon manquant au réseau autoroutier européen, au nord de l’Alsace, à travers le Bienwald actuellement encore protégé, rien ne retiendra de notre côté du Rhin la LKW-Lawine. L’avalanche de camions se déversera sur toute la longueur de la plaine d’Alsace.

L’improbable bénéfice des Strasbourgeois en termes de fluidification du trafic et de réduction des pollutions locales ne contre-balancera ni n’excusera l’accroissement exponentiel des nuisances et dangers prévisibles pour tous les Alsaciens et au-delà.

Force est de constater que la responsabilité face à cette catastrophe annoncée et ce crime contre les générations futures est bien partagée entre les ministères parisiens et les décideurs locaux. Ils ont des noms. L’histoire les retiendra.

Share This