Monsieur le Maire, cher collègue,

J’ai découvert hier la lettre ouverte que vous avez envoyée au président du Conseil Général concernant un voyage d’étude au Sud-Tyrol avec la Conseillère Générale de Schiltigheim, Mme Andrée Munchenbach.
A la lecture de vos lignes, je fus d’abord effaré avant d’être sincèrement indigné par les affirmations et les sous-entendus diffamatoires et même strictement contraires à la vérité objective qu’égrène votre missive. Ne souhaitant pas vous laisser dans l’ignorance et l’erreur, je vous prie de trouver ci-après quelques réponses et commentaires puisque j’ai moi aussi participé à cette visite.

Tout d’abord intéressons-nous au cas de la députée du Landtag Eva Klotz, que nous avons simplement rencontrée, et que vous faites passer, elle et son parti, pour de dangereux fascistes ou nazis.
Ma première réaction à vos propos s’adresse à vous sous forme interrogative. M. Nisand, seriez-vous l’ami des amis des fascistes?

En effet, Mme Klotz est depuis longtemps membre de l’Alliance Libre Européenne, un parti qui au Parlement Européen a formé un groupe commun avec les Verts. Or ces mêmes Verts se retrouvent dans votre majorité municipale. Serait-ce donc à dire que votre amie politique Mme Buchmann aurait des affinités idéologiques avec des fascistes ? C’est totalement absurde, comme de prétendre que Mme Klotz est fasciste.

Je vais vous en faire la démonstration en reprenant la notion «d’acculturation» évoquée par Mme Klotz et qui a provoqué votre ire. Malheureusement, force est de constater que vos activités épistolaires lui donnent entièrement raison.

(…) pour étayer vos accusations, vous citez le slogan «Tirolpatriot sind keine Naziidioten » que vous traduisez visiblement par « les patriotes du Tyrol ne sont pas des nazis idiots ». Là oui, nous sommes en présence d’un formidable exemple d’acculturation!

Votre traduction est en effet exactement contraire au sens de cette phrase qui se traduit en fait par « les patriotes du Tyrol ne sont pas des idiots de nazis. » Même avec une méconnaissance de la langue allemande, le dessin sans ambigüité d’une croix gammée jetée à la poubelle aurait du vous éviter un tel contre-sens.

Si en tant qu’élu alsacien vous n’aviez pas perdu la culture qu’avaient vos prédécesseurs bilingues, si vous n’aviez pas été acculturé et n’aviez pas perdu vos compétences en langue germanique vous auriez su traduire correctement les mots composés!

(…) Après avoir dégonflé cette première charge accusatoire, intéressons-nous à présent au second objet de votre courrier qui traite des frais occasionnés par ce déplacement. Tous les participants ont entièrement payé le séjour de leur poche: les deux nuits d’hôtel et la 3e nuit dans des conditions plus spartiates, les repas et le transport en voitures personnelles (dont la mienne en l’occurrence).

Mme Munchenbach s’est uniquement permis d’offrir un alsatique du Conseil Général à certaines personnalités qui nous ont reçus.

M. Dumwalder, Landeshauptmann du Sud-Tyrol ( pour une traduction approchante à l’adresse des non germanophones on dirait « le président de la région autonome» ) a reçu un premier livre avec un emballage cadeau ( soit maximum 20€ car il n’y avait pas de nœud autour pour faire joli ), après une heure et demie d’entretien. Je pense que cette dépense de quelques Euros pour un cadeau au Président d’une autre collectivité locale européenne fait honneur au Président Kennel. (…)

J’espère que ces explications auront répondu à vos interrogations sur la correcte utilisation des fonds publics. (…)

Je partage comme vous ce souhait d’une parfaite transparence, d’une mise «au grand jour », du financement des voyages des élus. Ainsi, je ne doute pas qu’à votre tour vous saurez afficher les coûts, les objets et les programmes de vos séjours d’études.

Il me semble que vous vous êtes rendu récemment à Shangaï. C’est l’occasion de mettre en application les principes dont vous vous prévalez. Il serait donc intéressant que vous indiquiez, comme je l’ai fait à votre adresse, quel a été le coût de ce voyage pour la collectivité (transport, hébergement, etc.) et qui y a participé (élus et non élus).

Un voyage d’études ayant nécessairement pour objet de rencontrer des personnalités locales (sinon ce serait un voyage d’agrément) leurs noms et qualités ne sauraient être oubliées. Contrairement à vous, je m’abstiendrai de vous faire l’affront d’assimiler leurs idées à votre personne. Sachant la réalité du régime communiste en Chine je ne doute pas que lors de votre rencontre vous vous soyez immédiatement empressé d’évoquer avec eux la question des droits de l’homme et des prisonniers politiques.

Enfin bien sûr, l’intérêt fondamental d’un voyage d’étude étant l’analyse qu’on en retire, je suis sûr que, comme pour notre voyage au Sud-Tyrol, la presse même spécialisée se fera l’écho de vos conclusions et des enseignements que vous en retirez pour votre action municipale et communautaire.

En conclusion à cette longue lettre je me permettrais de revenir sur vos procédés.

Je crois avoir compris que vous n’êtes pas dans les meilleurs termes politiques avec Mme Munchenbach.
Que vous lui soyez opposé, que vous combattiez ses positions et le fassiez savoir, c’est l’essence même du débat politique, mais que vous truquiez les documents, que vous lanciez des anathèmes, cela relève de la désinformation et ne rentre pas dans le débat politique démocratique.

Sans vous renseigner correctement, vous avez voulu, avec une lettre ouverte diffusée largement, immédiatement disqualifier votre adversaire avant d’engager le débat. Est-ce par crainte d’être confronté à la réussite du «modèle» sud-tyrolien, par aversion pour l’ouverture qu’offre le bilinguisme, par relent germanophobe ou juste pour détruire politiquement Mme Munchenbach qui défend cette vision progressiste pour l’Alsace?

(…) Malheureusement, le militant démocrate que je suis, se désole de constater qu’à force de lancer des accusations de fascisme n’importe où et n’importe quand et surtout sans aucun fondement, cette accusation perd de sa vigueur, se banalise pour au final devenir inopérante. (…)

Michel Lorentz, maire de Roeschwoog

Share This