Mesdames, Messieurs les maires.

 

Unser Land vous remercie pour votre engagement et le travail que vous fournissez tout au long de l’année pour le bien de vos administrés.

Vous avez décidé de manifester ce samedi 19 septembre pour protester contre la baisse des dotations de l’Etat. Unser Land est à  vos côtés et vous apporte tout son soutien.

Les mesures prises par l’Etat à l’encontre des communes et des communautés de commune ne sont que la partie émergée de l’iceberg et traduisent la conception jacobine qui prévaut malheureusement encore dans ce pays.

Que ce soit au niveau central ou dans les services placés sous l’autorité des préfectures, l’Etat s’arroge la quasi-totalité du pouvoir décisionnel et des moyens financiers, et consent tout juste à jeter des miettes aux élus des collectivités qui ont eux la légitimité du suffrage universel. Dans le même temps, il demande aux communes et aux maires d’assurer des responsabilités issues d’une jungle législative et réglementaire toujours plus inextricable.

L’Etat dicte sa loi sur les ouvertures de classes, les programmes scolaires, mais fait supporter la charge de l’entretien des écoles et du périscolaire sur les communes. L’Etat force le regroupement d’intercommunalités sur des critères complètement arbitraires et coupés des réalités territoriales sans tenir compte de l’avis des populations et des élus locaux.

La France est le dernier pays d’Europe occidentale à fonctionner de façon aussi centralisé et autoritaire. La crise économique, sociale, environnementale et identitaire qu’elle traverse montre de façon éclatante l’échec de ce système. Ne serait-il pas temps de le remettre en question ?

Voulons nous continuer à vivre dans ce système inefficace qui favorise le clientélisme au détriment de la démocratie, de la proximité et de l’intérêt général ? Non ! Il est temps de tout remettre à plat et de moderniser les collectivités territoriales pour qu’elle soient enfin:

  • Lisibles : en simplifiant le millefeuille administratif. En Alsace nous n’avons besoin que d’une région, de communautés de communes et de communes.
  • Fortes : il faut des élus qui aient les moyens de décider et assument leurs décisions.
  • Démocratiques : l’ensemble des services de l’Etat dirigés aujourd’hui par les préfectures doit être placés sous l’autorité d’élus régionaux
  • Autonomes financièrement : les impôts doivent être prélevés et investis localement dans l’intérêt des habitants. Seule la partie correspondant aux fonctions régaliennes de l’Etat doit être reversée à l’Etat. Et non l’inverse !

Ce n’est ni un rêve, ni une utopie. C’est ainsi que fonctionnent tous nos pays voisins qui sont tous des démocraties !

Mais pour y arriver il faut que l’Alsace devienne une région autonome  et qu’elle ait la possibilité, grâce à un statut particulier, de faire elle même cette réforme dont les Alsaciens ont besoin.

Aujourd’hui, l’heure est grave. Nous sommes à la croisée des chemins : soit nous résistons, soit nous allons disparaître culturelle, économiquement et politiquement.

Unissons-nous pour sauver nos communes, nos bassins de vie et notre région. Mettons fin à ce système orchestré et maintenu par les partis parisien. Refusons le chantage aux subventions et au  clientélisme. Non au fatalisme !

Salutations alsaciennes,

Jean-Georges Trouillet

Secrétaire général d’Unser Land

Tête de liste aux élections régionales de décembre 2015

Share This