Menu icoMenu232White icoCross32White
<
>

Images de la page d'accueil

Cliquez pour éditer

Images de la page d'accueilBandeau avec du texte, des boutons ou une inscription à la newsletter

Cliquez pour éditer
Retour

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Abonnez-vous à notre newsletter
icoCross16Dark

L’union remplace la fusion : un pas en avant, trois pas en arrière ?

On nous a annoncé la semaine dernière un «accord historique» pour l’union des 3 collectivités alsacienne sous la forme d’une intercollectivité. Alors qu’une très large majorité d’alsaciens (70%) et qu’une majorité d’élus souhaitent une simplification du millefeuille institutionnel (fusion de la Région et des deux Départements), on nous annonce la naissance d’une couche supplémentaire.

«L’objectif est d’arriver à la mise en place de politiques unies sur l’ensemble de l’Alsace, qui pourront néanmoins être différenciées et adaptées en fonction des territoires»… «sans remettre en cause le principe de libre administration des collectivités, ni la gestion de leurs dossiers spécifiques».

Mais à quoi servira donc cette intercollectivité ? Aura-t-elle uniquement comme objectif de créer un lieu de discussion entre les trois collectivités, un « Stammtisch » à grande échelle sans pouvoir réel de décision ? Force est de constater qu’une certaine opacité entoure cet accord.

Depuis des décennies, la suppression des départements et le renforcement du pouvoir régional figure est une proposition phare du mouvement alsacien. En 1985, le Sénateur Henri Goetschy proposa la fusion et la création d’un «département du Rhin Supérieur». Déjà à l’époque, une large majorité d’Alsaciens souhaitait cette fusion. Aujourd’hui, un quart de siècle plus tard, le peuple alsacien y ait toujours très largement favorable mais rien n’avance, pire on s’enlise.

Cette politique timorée n’a pour objectif que de ménager les susceptibilités de certains notables qui agissent uniquement au nom de leur intérêt propre et envers la volonté du peuple alsacien. Cette marche en arrière signe la victoire de Monsieur Buttner, et la défaite de la démocratie.

Non, Monsieur Richert, la vraie consultation attendue par les Alsaciens n’est pas un référendum sur l’union et la création d’une n-ième couche institutionnel mais un référendum sur la fusion.

Depuis trop longtemps, l’Alsace attend ce moment, il est temps de donner enfin la parole … aux électeurs.

En cette année du centenaire de la constitution alsacienne de 1911, Unser Land, le parti alsacien, demande à Monsieur Richert une véritable consultation des alsaciens sur la fusion et la création d’un véritable « Parlement d’Alsace ».

Consultez également
CDP : Unser Land se lance dans les élections régionales et départementales

CDP : Unser Land se lance dans les élections régionales et départementales

Unser Land sera présent aux élections régionales et départementales de juin prochain. Le...

19 février 2021
Réouvrons de façon maitrisée les lieux culturels d’Alsace

Réouvrons de façon maitrisée les lieux culturels d’Alsace

Unser Land aime la culture et veut la défendre et la promouvoir. Ainsi, en rebondissant sur les...

17 février 2021
Projet de Loi contre les séparatismes – attention danger !

Projet de Loi contre les séparatismes – attention danger !

Unser Land s’inquiète des dérives dans les débats entourant le projet de loi contre les...

8 février 2021
L'Acoeur ne doit pas être politique !

L'Acoeur ne doit pas être politique !

Unser Land félicite Jacques Burrus, l’initiateur de Pour la marque Alsace (PLMA), d’avoir alerté...

5 février 2021
Sémantique alsacienne

Sémantique alsacienne

La confidence du premier ministre Jean Castex à Colmar quant au constat de l’échec programmé des...

3 février 2021
Sortie du Grand Est: place aux actes et à la mobilisation!

Sortie du Grand Est: place aux actes et à la mobilisation!

Unser Land prend note avec intérêt les déclarations de Frédéric Bierry sur Public Sénat, lequel...

25 janvier 2021
Fermer En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et notre Politique de Confidentialité. En savoir plus