Menu icoMenu232White icoCross32White
<
>

Images de la page d'accueil

Cliquez pour éditer

Images de la page d'accueilBandeau avec du texte, des boutons ou une inscription à la newsletter

Cliquez pour éditer
Retour

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Abonnez-vous à notre newsletter
icoCross16Dark

L’avenir de l’Alsace ne passe pas par la Lorraine !

Suite à la révolte des Bonnets rouges le 1er ministre s’engageait le 13 décembre dernier en faveur de la ratification de la Charte européenne des langues régionales. La mobilisation contre l’écotaxe Une et Indivisible, qui devait s’appliquer à tout l’Hexagone, avait-elle fait admettre à nos dirigeants nationaux le fait régional dans toutes ses composantes: économiques, géographiques, culturelles et linguistiques? Eclatait l’absurdité de l’égalitarisme jacobin, y compris dans l’uniformisation linguistique.

Depuis nous attendions avec un espoir prudent la discussion du projet de loi constitutionnelle. La France agirait-elle pour sauver ses langues régionales? Serait-elle enfin cohérente avec elle-même? Elle, qui soutient la co-officialité du français, langue régionale,au Canada (en faveur des dialectophones québécois et des patoisants acadiens), en Belgique (des Wallons), Suisse (des Romands et Romanches), Italie (des Valdotains), etc., admettrait-elle la co-officialité de ses propres langues régionales avec la langue commune de la République? Cela est demandé entre autres par l’Assemblée Territoriale corse, le Conseil Général du Haut-Rhin et les défenseurs des langues bretonne, basque, occitane, alsacienne, etc. Cela est exigé de tous les Etats nouveaux entrants dans l’UE.

Le chef du gouvernement prenait en compte la synergie entre l’affirmation culturelle et linguistique des régions et leur vitalité économique. Il en appelait à un approfondissement de la décentralisation en faveur de régions fortes, innovantes et influentes.

Mais nous constatons un double sabotage.

D’une part, les clauses interprétatives que s’autorise la Commission des lois dénaturent la Charte « made in France ». Celle-ci n’accorderait pas de droits collectifs et ne modifierait pas la règle de l’emploi exclusif du français dans les services publics et leurs rapports avec les usagers. C’est nier la notion même de « langue régionale » que de ne pas la lier à un groupe de locuteurs, un peuple, et à un territoire. C’est avancer à reculons!

Consultez également
CDP : Unser Land se lance dans les élections régionales et départementales

CDP : Unser Land se lance dans les élections régionales et départementales

Unser Land sera présent aux élections régionales et départementales de juin prochain. Le...

19 février 2021
Réouvrons de façon maitrisée les lieux culturels d’Alsace

Réouvrons de façon maitrisée les lieux culturels d’Alsace

Unser Land aime la culture et veut la défendre et la promouvoir. Ainsi, en rebondissant sur les...

17 février 2021
Projet de Loi contre les séparatismes – attention danger !

Projet de Loi contre les séparatismes – attention danger !

Unser Land s’inquiète des dérives dans les débats entourant le projet de loi contre les...

8 février 2021
L'Acoeur ne doit pas être politique !

L'Acoeur ne doit pas être politique !

Unser Land félicite Jacques Burrus, l’initiateur de Pour la marque Alsace (PLMA), d’avoir alerté...

5 février 2021
Sémantique alsacienne

Sémantique alsacienne

La confidence du premier ministre Jean Castex à Colmar quant au constat de l’échec programmé des...

3 février 2021
Sortie du Grand Est: place aux actes et à la mobilisation!

Sortie du Grand Est: place aux actes et à la mobilisation!

Unser Land prend note avec intérêt les déclarations de Frédéric Bierry sur Public Sénat, lequel...

25 janvier 2021
Fermer En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et notre Politique de Confidentialité. En savoir plus