Menu icoMenu232White icoCross32White
<
>

Images de la page d'accueil

Cliquez pour éditer

Images de la page d'accueilBandeau avec du texte, des boutons ou une inscription à la newsletter

Cliquez pour éditer
Retour

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Abonnez-vous à notre newsletter
icoCross16Dark

Richard Weiss: réponse au « cocorico.. » de M. Vogel

Par Michel MULLER, Alterpress 17/09/2015

Richard Weiss est un militant historique du bilinguisme en Alsace. Cet enseignant, aujourd’hui à la retraite, est en effet le cofondateur des écoles ABCM-Zweisprachigkeit (Association pour le Bilinguisme en Classe dès la Maternelle). ABCM est une association de parents d’élèves fondée en 1990 suite au refus du Recteur Deyon d’appliquer des circulaires ministérielles (qui avaient fait leurs preuves pour les autres langues de France depuis longtemps) et d’ouvrir des classes bilingues paritaires français / langue régionale en Alsace. Il nous livre ici ses réactions à l’intervention récente du président de l’OLCA .

M. Vogel, président de l’OLCA°, a prétendu lors d’un colloque en Corse qu’il allait demander la « coofficialité» de la langue allemande à son retour en Alsace et affirmait que la maîtrise de la langue régionale ne régressait pas en Alsace: « Nous avons 600.000 locuteurs et nous n’en perdons plus » (sic!) !!

Ah, les élus alsaciens: toujours les mêmes: dès qu’ils sont à l’extérieur, loin du préfet et de leur… président de Région, ils disent ce qu’il faudrait faire mais ne le font pas une fois rentrés en Alsace!

Et ça fait au moins 50 ans que ça dure, que ce soit la droite ou la gauche°…. et c’est pourquoi nos enfants sont monolingues.

Evidemment qu’il faut la coofficialité des langues française et allemande, l’allemand incluant de fait le dialecte alsacien, qui, rappelons-le, est de l’allemand, tout comme le « schwizzerdütsch » et le « letzeburgisch » sont de l’allemand: nos voisins suisses et luxembourgeois, eux, sont fiers (et sans complexes) de la parler… puisque chez eux la question linguistique n’est pas politique!

Un recul avéré

Mais affirmer que nous ne perdons plus de locuteurs de la germanophonie en Alsace est un pur mensonge car tout le monde l’entend… ou plutôt ne l’entend plus autour de lui:

– 30.000 dialectophones meurent chaque année et ne sont pas compensés par les élèves qui sortent des filières bilingues paritaires de l’Education nationale

– et 300.000 sont morts « Pour –ou plutôt: PAR -la France » en 30 ans!

Tout le monde sait que la mise en place de l’OLCA°° est un mauvais coup politique, une de ces magouilles qui discréditent la politique typiquement alsacienne (et qui font que la majorité actuelle ne mérite pas d’être réélue en décembre, et cela indépendamment de la méga-région°°°) , un marché de dupes entre Grossmann et le regretté Adrien Zeller: on réduit notre langue historique au dialecte et on prend des mesurettes tout juste capables d’accompagner le déclin: quelques opérations publicitaires, quelques soirées en alsacien, etc. Ce qui fait quand même 500.000 € par an pour frais de fonctionnement de cet organisme qui devrait faire un travail que les militants font gratuitement et bénévolement depuis au moins la création du “Cercle-René-Schickele” en… 1968!

Mais rien de fondamental:

– aucune pression sur l’Etat afin qu’il assure sa mission de développement de l’enseignement bilingue dans les collèges et lycées publics, où n’existe nulle part la parité… (ce qui est malheureusement normal puisqu’il n’y a pas de collèges et lycées ABCM… capables de leur faire concurrence!)

– aucune planification d’ouverture de maternelles en immersion avec démarrage en dialecte et poursuite en Hochdeutsch à l’écrit …

Que des vœux pieux…

Les fumeuses « Assises sur la Langue » ont débouché sur un vœu pieux: « 25% d’enfants bilingues au primaire en 2030 » (alors que Frau Karrenbauer, Présidente du Saarland voisin, autonome, vise: « Le français pour tous les enfants et acteurs de la vie publique ! »)

Et ce n’est pas un éventuel Conseil culturel alsacien (dont les membres seraient nommés par l’actuel président de Région-en-sursis), qui changerait quelque chose… Ce seraient, au mieux, trois ans de perdus…sauf événement politique, auquel Unser Land compte bien participer!

De plus M. Vogel est vice-président de la région et, à part le fait de chanter la « Marseillaise » le 11 octobre 2014, place de Bordeaux à Strasbourg, il ne s’est pas manifesté pour défendre notre Région qui va disparaître au Nouvel an suite à la réforme territoriale…

Réforme territoriale dont le professeur de Droit Robert Hertzog ainsi que Daniel Hoeffel, ancien président du Conseil général du Bas-Rhin répètent qu’elle est « illégitime et absurde »…

Il a simplement promis que dorénavant les élus contrôleraient ce que l’Education nationale fait de nos 5 millions annuels de subventions publiques régionales!!

Ce qui prouve bien que jusqu’à présent…

De plus, c’est lui qui avait accepté en juin 2014, sur ordre de l’actuel président de la région alsace, de négocier avec le président socialiste et nationaliste de Lorraine connu pour son opposition à la ratification par la France de la Charte européenne des Langues minoritaires et régionales…

Richard WEISS

° et avec l’extrême–droite ce serait évidemment encore pire!

°°OLCA: Office pour la Langue et la Culture en Alsace”, qui n’ose même pas définir ce qu’est notre langue!

Pour mémoire: voici les chiffres donnés par M. Claude FROEHLICHER°°° président de ELTERN à l’université de l’ICA samedi 29 août à Colmar:

– là où une filière bilingue paritaire est ouverte (350 écoles sur 1.600 = 25%), plus de 50% des enfants sont inscrits par leurs parents = 20.000 enfants (sur 40.000 possibles) en classes bilingues (sur 160.000)!

Résultat des courses: seulement 12% d’heureux , 22 ans après l’ouverture des 5 premières écoles d’immersion “ABCM-ZWEISPRACHIGKEIT”…

A vos tablettes: à ce rythme, combien faudra-t-il d’années avant que l’Alsace soit bilingue…!

°°° et c’est parce que les jacobins de Paris savaient qu’ils ne risquaient rien et que nos élus cèdent toujours … qu’ils se sont permis de projeter de nous faire disparaître de la carte , ce qu’ils n’ont pas osé faire de la Bretagne et de la Corse…

Consultez également
CDP : Unser Land se lance dans les élections régionales et départementales

CDP : Unser Land se lance dans les élections régionales et départementales

Unser Land sera présent aux élections régionales et départementales de juin prochain. Le...

19 février 2021
Réouvrons de façon maitrisée les lieux culturels d’Alsace

Réouvrons de façon maitrisée les lieux culturels d’Alsace

Unser Land aime la culture et veut la défendre et la promouvoir. Ainsi, en rebondissant sur les...

17 février 2021
Projet de Loi contre les séparatismes – attention danger !

Projet de Loi contre les séparatismes – attention danger !

Unser Land s’inquiète des dérives dans les débats entourant le projet de loi contre les...

8 février 2021
L'Acoeur ne doit pas être politique !

L'Acoeur ne doit pas être politique !

Unser Land félicite Jacques Burrus, l’initiateur de Pour la marque Alsace (PLMA), d’avoir alerté...

5 février 2021
Sémantique alsacienne

Sémantique alsacienne

La confidence du premier ministre Jean Castex à Colmar quant au constat de l’échec programmé des...

3 février 2021
Sortie du Grand Est: place aux actes et à la mobilisation!

Sortie du Grand Est: place aux actes et à la mobilisation!

Unser Land prend note avec intérêt les déclarations de Frédéric Bierry sur Public Sénat, lequel...

25 janvier 2021
Fermer En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et notre Politique de Confidentialité. En savoir plus