Menu icoMenu232White icoCross32White
<
>

Images de la page d'accueil

Cliquez pour éditer

Images de la page d'accueilBandeau avec du texte, des boutons ou une inscription à la newsletter

Cliquez pour éditer
Retour
A chacun ses Ayatollahs !

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Abonnez-vous à notre newsletter
icoCross16Dark

A chacun ses Ayatollahs !

A chacun ses Ayatollahs !

par Bernard Wittmann

La semaine passée, la France était scandalisée par le fait que les statues dénudées du musée du Capitole de Rome avaient été dissimulées derrière des paravents pour ne pas heurter le regard du président iranien Hassan Rohani. Les commentateurs français insistèrent pour expliquer qu’en France, on se montre plus intransigeant sur le patrimoine culturel et qu’une telle offense à l’art y aurait été impensable ! Voilà pour le cocorico et l’autosatisfaction !

Pourtant, en remontant dans l’histoire alsacienne, nous trouvons une anecdote qu’on peut rapprocher de celle du Capitole : il s’agit de la statue dénudée du « Vater Rhein », le « père Rhin », qui se trouvait alors face à l’Opéra, place Broglie à Strasbourg. Cette statue en bronze consacrée au « dieu Rhin » et inaugurée en 1902, était l’œuvre du grand sculpteur munichois Adolph von Hildebrand.

Mais en 1918, quand les Français, ivres de gloire, entrèrent à Strasbourg, ils se montrèrent immédiatement irrités par cette statue trop boche à leurs yeux : un artiste allemand et la thématique germanique du « dieu Rhin » sur une place aussi prestigieuse que la place Broglie, étaient insupportables à leurs yeux (comme à ceux des activistes francophiles du Reichsland qui la brocardaient volontiers).

De sorte qu’en décembre 1918, pour ne pas heurter le regard de Poincaré, un authentique ayatollah républicain, venu en visite à Strasbourg, le Conseil municipal ordonna à l’architecte en chef, Clément Dauchy, de recouvrir la statue d’une pyramide de planches surmontée d’un immense coq gaulois, le tout abondamment revêtu de draperies tricolores. Ce style pompier marqué du sceau du patriotisme tricolore plaisait aux nouvelles autorités françaises.

Jamais avares de marques de servilité, quelques mois plus tard, nos édiles strasbourgeois ordonnèrent le démontage de la statue et son stockage dans un hangar de l’office de construction. Finalement, suite à un accord entre Strasbourg et Munich, il fut décidé d’échanger le « Vater Rhein » contre la statue du « Meiselocker » de l’artiste alsacien Ernst Weber qui fut installée en 1929 place St Etienne. De son côté, le « Vater Rhein » était inauguré à Munich en 1932.

Bernard Wittmann – Historien

Consultez également
CDP: L'ÉTAT FRANÇAIS S'ACHARNE CONTRE L'ALSACE ET LE BASSIN RHÉNAN

CDP: L'ÉTAT FRANÇAIS S'ACHARNE CONTRE L'ALSACE ET LE BASSIN RHÉNAN

Unser Land prend acte de la volonté forcenée de l'État français par son pourvoi en cassation de...

19 octobre 2021
7 ans après : Im Osten nichts neues

7 ans après : Im Osten nichts neues

C’était hier. De l’eau a depuis coulé sous les ponts. Sous ces ponts qui enjambent l’Ill. Dont...

13 octobre 2021
Notre rencontre de l'Executiv Rat s'est tenue ce soir 11/10/2021 à Sélestat

Notre rencontre de l'Executiv Rat s'est tenue ce soir 11/10/2021 à Sélestat

Au programme des échanges: l’élaboration de notre projet pour les élections à venir, projet qui...

11 octobre 2021
L'Elsässerditsch et le Hochdeutsch, victimes de la politique linguistique ?

L'Elsässerditsch et le Hochdeutsch, victimes de la politique linguistique ?

Les différentes expressions de l’Alsacien, l’Elsässerditsch et l’Allemand standard, victimes de...

5 octobre 2021
Faire vivre notre langue alsacienne

Faire vivre notre langue alsacienne

La langue alsacienne est le signe marquant de notre Heimat, celui qui lui donne toute sa...

4 octobre 2021
Notre allié SSW fait son entrée au Bundestag

Notre allié SSW fait son entrée au Bundestag

Après les récentes victoires dans divers parlements régionaux européens et dans certains...

27 septembre 2021